Empruntez l’itinéraire de l’hivernale à l’Everest grâce à la 3D !

Les hivernales continuent mais la météo ralentit le rythme. Les efforts au Broadpeak sont au point mort, tout comme du côté de l’Everest. En attendant, on peut découvrir le parcours de Kobusch via l’Arête Ouest grâce à la 3D. Un outil qui nous rappelle que le parcours jusqu’au sommet est quand même très long ! A Skardu, l’équipe internationale qui s’apprête à s’attaquer au K2 est dans les starting-blocks.

Everest : la 3D en attendant le beau temps !

Pas beaucoup d’évolutions pour Jost Kobusch à l’Everest. Il faut dire que la météo n’aide pas. Sur l’itinéraire jusqu’à son premier camp, entre la base et 6.000 mètres, le vent souffle à plus de 60 km/h, rendant toute progression délicate. Ajoutez à cela quelques chutes de neige et des températures ressenties qui frôlent les -40°C à 6.000 mètres… et vous restez sous la tente du camp de base en attendant une fenêtre de beau temps. Une telle fenêtre pourrait s’ouvrir dès cette fin de semaine pour toute la durée du week-end.

Quand il ne grimpe pas, l’Allemand philosophe : « Ici j’ai tout le temps et pas le temps. Je vis le centre de l’existence et d’être un avec le cosmos, l’unité de la vie et de la mort. Cette expérience est immédiate et intemporelle, dès qu’elle entre dans mon existence, elle fait partie de mon identité ». En attendant que son ascension puisse reprendre, la magie de la 3D nous permet de faire tout le parcours sans sortir de notre fauteuil… Impressionnant !

Acclimatation sur le glacier aux Gasherbrum

Simone Moro et Tamara Lunger ont passé les jours derniers à marcher sur le glacier à proximité du camp de base. Hier, le temps était mauvais mais ça ne les a pas empêché de « monter un peu plus ». « Par endroits, la neige atteignait mes hanches malgré les raquettes, j’ai aussi vu accidentellement une crevasse de l’intérieur ! » raconte Tamara, ressortie indemne de sa crevasse !  « Tamara est passée devant et elle a fait du super boulot en faisant la trace. Mais la partie ne fait que commencer » raconte Simone Moro .

Txikon et ses sommets d’Antarctique

Alors qu’il est de retour en Europe pour filer au Népal, Alex Txikon partage quelques-unes de ses expériences en Antarctique. On le découvre notamment faisant l’ascension du Spigot Peak, un petit sommet de la péninsule, sur la Terre de Graham. Ce « petit » sommet culmine à 285 mètres d’altitude. Dans quelques semaines, Txikon et son équipe s’attaqueront à un « grand » sommet, près de 8.600 mètres plus haut.

L’équipe du K2 se réunit à Skardu

Il ne manque plus que Mingma, le leader, ainsi que Gao Li. Les deux doivent arriver sous peu à Skardu où les attend le reste de l’équipe. Faute d’avion jusqu’à Skardu, les autres membres du groupe sont arrivés par la route depuis Gilgit. Un périple qui leur a pris près de 16 heures au lieu des 7 à 8 heures habituelles. En cette saison, ils ont dû faire face à plusieurs routes coupées et à une météo pas facile !

Illustration © Realitymaps, Jost Kobusch

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here