Anja Blacha, 28 ans. Passe-temps : gravir le K2 sans oxygène !

Vous n’avez jamais entendu parler d’elle et pourtant l’allemande Anja Blacha, 28 ans, mérite qu’on s’attarde sur son parcours. Depuis presque trois ans, elle a rejoint la Suisse où elle travaille pour un grand acteur du monde des télécommunications. Auparavant, elle travaillait au Royaume-Uni où elle avait terminé ses études en 2012. Etudes qui l’avaient menée à Mannheim (Allemagne) ou à Berkeley (USA). Un parcours académique brillant qui avait conduit Anja à un poste à sérieuses responsabilités avant l’âge de 30 ans ! Originaire de Bielefeld, Allemagne (altitude 118m), elle avait grandi loin très loin des montagnes ! Et quand les vacances arrivaient, c’était au bord de la plage !

Des plaines allemandes au toit du monde !

En 2012, elle achète ses premières chaussures de randonnée pour aller découvrir l’Islande. L’année suivante, elle se dirige vers le Pérou pour quelques jours de randonnées avec sa sœur. Mais c’est en 2015 que tout s’accélère, Anja part pour l’Argentine et y réalise l’ascension de l’Aconcagua, point culminant du continent américain. « au cours de cette expédition, avec le chef d’expé, j’ai appris beaucoup sur les autres montagnes du monde » expliquait-elle à NW (en allemand). Jusque là rien de bien extraordinaire, elle l’avoue elle-même, l’Aconcagua n’est pas « très exigeant techniquement ». La même année, on peut la croiser sur le Mont Blanc puis sur le Kilimandjaro.

En 2016, elle grimpe le Denali (Alaska) puis l’Elbrouz et même la Pyramide Cartensz en Indonésie. Naturellement, elle se retrouve à l’Everest l’année suivante. Elle y croise des stars : Kilian Jornet qui réalise ses ascensions record ou Cory Richards sans oxygène et quelques cadavres « je n’avais jamais vu de morts de ma vie ». C’est sa première expérience à 8.000 mètres et le coût est conséquent « je savais que je ne pouvais dépenser cet argent qu’une fois » explique-t-elle au Magazine Forum (en allemand). Elle ne peut pas se rater, alors elle s’entraîne. Entre tente hypoxique pour dormir et haltères sur le chemin du travail, l’Everest devient sa priorité. Les montagnes suisses (proches de chez elle) deviennent également son terrain de jeu. Et évidemment, elle en réussit l’ascension.

En 2018, c’est au Mont Vinson (Antarctique) qu’on la croise, terminant ainsi son challenge des 7 sommets : gravir les sommets les plus hauts de chaque continent.

Après les 7 sommets, la suite…

Impossible pour elle d’arrêter. Après ces quatre années épiques, elle se lançait à nouveau dans une nouvelle expédition. Cet été, elle était au Pakistan pour continuer ses projets à 8.000 mètres. Il y a quelques jours on apprenait son ascension du Broadpeak, sans oxygène. Une jolie réalisation pour l’Allemande, mais ce n’était qu’une mise en bouche. Quelques jours plus tard, elle était au K2. Et après l’ouverture de la voie par Nims Dai et ses hommes, elle n’avait « plus qu’à » grimper jusqu’au sommet.

Inutile d’utiliser de l’oxygène supplémentaire, son corps était parfaitement acclimaté ! Elle réalise donc l’ascension du K2 sans oxygène, à moins de 30 ans ; encore un sacré record pour celle qui n’en vise aucun. En 2017, elle était la plus jeune Allemande au sommet de l’Everest : « je ne savais pas, je pensais que d’autres allemandes plus jeunes s’étaient retrouvées là ». Ce qu’elle cherche, c’est la liberté, l’espace. « Je peux complètement m’y arrêter et faire du sport, c’est un bon équilibre avec la vie de bureau, toujours connectée ! »

Illustration  © A.Blacha Facebook.

 

Anja Blacha, 28 ans. Passe-temps : gravir le K2 sans oxygène !
4.5 (90%) 6 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here