[Ski] Andrzej Bargiel à l’Everest : « l’oxygène c’est pour la plongée » !

On avait suivi Andrzej Bargiel durant l’été 2018. Il avait alors réalisé un exploit en descendant le K2 à skis depuis le sommet. Fruit d’une longue préparation, cette descente avait été longuement repérée sur le terrain jusqu’à 7.800 mètres et avec un drone jusqu’au sommet. Il était alors le premier à réaliser cette épopée. Pour lui en revanche, ce n’était pas la première descente d’un 8.000. Trois ans plus tôt, il skiait le Broadpeak (8.051m). L’année précédente : le Manaslu (8.156m), et en 2013 : le Shishapangma (8.013m). Avec le K2 et ses 8.611 mètres, Bargiel avait indéniablement joué dans la catégorie supérieure. Il compte bien rééditer cet exploit cet automne sur l’Everest (8.848m).

Lire aussi : Mais qui est donc Andrzej Bargiel, ce Polonais de 31 ans ?

Sur l’Everest : deux grosses difficultés pour un skieur

Andrzej Bargiel devrait tenter sa chance sur le versant népalais de l’Everest, sans oxygène supplémentaire : « l’oxygène, c’est bon pour la plongée ! ». Avant de partir, il évaluait ses chances : « Je dois me préparer au plus vite à grimper vers le sommet. Si j’échoue d’ici fin septembre, je ne pense pas qu’il y aura une seconde chance. Par la suite, il fait plus froid, le vent souffle plus fort et la partie supérieure est en glace, ce qui empêche de glisser ».

La principale difficulté ? « après l’été, il y a beaucoup de neige. Cela induit la difficulté à tracer la voie et le risque d’avalanches ». Sur l’itinéraire, Bargiel redoute deux passages principaux : l’arête du Col Sud au sommet, assez verticale et parfois rocheuse ; mais aussi la Cascade de Glace entre le camp de base et le camp 1, avec ses crevasses béantes et ses séracs. Difficile à traverser en ski. Le compte à rebours est donc enclenché pour le Polonais qui n’a que quelques semaines pour mener à bien sa mission.

A quelques jours du camp de base !

Depuis plusieurs jours, il marche avec son équipe (notamment ses deux frères) entre Lukla et le camp de base. Hier, ils étaient déjà à Lobuche, à presque 4.900 mètres d’altitude. L’acclimatation est en cours !  

Illustration : K2, été 2018 © Marek Ogień / Red Bull Content Pool

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here