secouristes français région everest

Des secouristes français s’envolent pour le Népal en quête des disparus

Une équipe de secouristes français s’envole pour le Népal, en quête des trois alpinistes disparus dans la région de l’Everest.

Depuis le 26 octobre dernier, on est sans nouvelles de Thomas Arfi, Louis Pachoud et Gabriel Miloche. Ces trois jeunes alpinistes français ont vraisemblablement été emportés par une avalanche sur les pentes de la montagne qu’ils cherchaient à gravir. Le Mingbo Eiger, 6.070 mètres, Népal. Après plusieurs jours de recherches, avec l’aide de sherpas népalais très expérimentés, l’espoir de retrouver les trois hommes vivants s’est amenuisé. On croyait les recherches interrompues, les Népalais ayant laissé penser qu’il faudrait attendre le printemps. Mais c’était sans compter sur les secouristes français, bien décidés à aller sonder les débris de l’avalanche. On apprenait hier qu’une équipe d’une quinzaine de personnes s’envolait aujourd’hui pour le Népal.

Une mission de plusieurs jours pour la quinzaine de secouristes français

Composé notamment de gendarmes de haute montagne et accompagné d’un chien d’avalanche, le groupe de secouristes a pour mission « de retrouver les corps (…) et de les ramener dans leurs familles ». Le Colonel Lionel André, qui s’est exprimé sur la mission convient quelle pourra être « un petit peu longue ». Notamment à cause de la difficulté d’accès au site, ou de l’altitude de l’avalanche. Au-delà des hommes, du matériel lourd est emporté pour faire face à de la neige très dure. Cette dernière pourrait compliquer les recherches. L’équipe ne manque pas de compétences : guides, secouristes, maître chien, médecin…

Elle s’appuiera également sur l’expertise d’un routeur météo qui pourra être d’une aide précieuse s’agissant de déjouer les pièges du mauvais temps en haute altitude. En lien avec les équipes népalaises qui ont déjà exploré le site, les Français devraient passer « 8 à 9 jours effectifs sur » place. Dans un premier temps, ils devront s’acclimater à l’altitude, le site de l’avalanche étant à plus de 5.000 mètres.

Leurs camarades prennent le chemin du retour

Les autres membres de l’expédition du GEAN (Groupe Excellence Alpinisme National) ont pris le chemin du « retour à la civilisation et à la dure réalité ». Ils expliquent : « Louis, Gab et Thomas laissent un grand vide à nos côtés. Une jolie goulotte les avait attirés sur le sommet vierge du Mingbo Eiger et les a malheureusement emportés… Nous leur dédions notre ascension et ouverture en face nord du Cholatse ». Les autres membres de l’expédition ont en effet ouvert une nouvelle voie sur cet autre 6.000 de la région. 1.600 mètres d’ascension baptisés « Brothers in arms ».

Illustrations © Pixabay

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *