Manaslu

Une année à patienter au camp de base de cette montagne de 8.000 mètres !

L’himalayiste a fait ses comptes. En additionnant ses multiples expéditions sur le Manaslu, Simone Moro totalise près d’une année passée à patienter pour que les conditions de grimpe soient les moins risquées. A 54 ans, cette montagne tient une place toute particulière dans la carrière de l’Italien.

En ce début d’année, Simone Moro est au camp de base du Manaslu. Comme en 2015, 2019 et 2020. Et en hiver plus qu’en tout autre saison, la météo est capricieuse et imprévisible en Himalaya. Alors le temps passé a attendre dans sa tente ne se compte plus en heures ou en jours. Mais en semaines si ce n’est en mois. Il est « sur le point d’atteindre une année de vie, 12 mois, à attendre une météo favorable et des conditions de montagne qui ne viennent pas ».

L’himalayiste italien rappelle que « la patience est une qualité et que son exercice est indispensable à la pratique de ce type d’himalayisme ». A plusieurs reprises, Moro et son équipe ont pu grimper vers le sommet. Mais à plusieurs reprises également, ils ont quitté le camp de base pour redescendre à la vallée, dans des conditions plus confortables et plus sûres. Il a même rejoint Katmandou par deux fois.

Une année au pied du Manaslu

Ci-dessous, une avalanche filmée depuis le camp de base il y a quelques jours. Des coulées « géniales pour récréer de bonnes conditions pour février ».

Illustrations © Pixabay

4.2/5 - (17 votes)

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.