montagne altitude default

Everest : facture détaillée !

Faire l’ascension d’un sommet de plus 8000m est peut-être un rêve. Mais ce rêve a un coût. Nous avons essayer de comprendre ce que pouvait vous coûter une tentative d’ascension de l’Everest ! Voici en quelques sortes la facture détaillée !

Le permis

En plus des frais de visa et des permis nécessaires à la traversée de certaines régions, le Népal est l’un des nombreux pays à faire payer des permis d’ascension. Chaque alpiniste doit s’y soumettre. Y compris les sherpas (qui ont droit à une petite ristourne). Le coût de l’expédition est donc sacrément impacté par ces permis. Des discounts sont proposés en fonction des périodes de l’année (oui, le permis est beaucoup plus attractif en hiver, la météo beaucoup moins…).

A titre d’exemple, cet automne, le permis pour le Manaslu est de 900 US$ (soit 770€) par alpiniste étranger (c’est le double au printemps). Pour les sherpas, il en coûtera 5.000 roupies népalaises par tête (soit 40 €). Avec les 255 étrangers et les 250 sherpas présents cet automne sur la montagne, le Manaslu a généré à lui seul un chiffre d’affaires de plus de 200.000 €.

Au printemps, les prix s’envolent. Pour l’Everest (le plus cher) à la belle saison, comptez 9.500 € par alpiniste. Un peu moins cher si vous préférez la voie d’ascension depuis le Tibet mais les sherpas népalais y payent très cher leur permis. Vous êtes donc quasiment obligé de vous passer de staff népalais.

Il faut ajouter à cela le prix de l’officier de liaison qui accompagne votre expédition 2.500 € par équipe. Encore une surprise, le travail des sherpas qui sécurisent le glacier du Khumbu est facturé près de 2.000 € par équipe. Même la bénédiction d’avant le départ coûtera à votre expédition quelques 250 € !

Votre assurance

Votre assurance classique risque fort de refuser de couvrir une telle expédition. Pour une police d’assurance qui accepte de venir vous chercher en hélicoptère aussi haut que possible, comptez 2.500 € par tête. Ne dépensez pas tant si vous choisissez la voie tibétaine, les hélicoptères privés n’ont pas le droit d’y voler ! Pensez à ajouter un téléphone satellitaire pour pouvoir appeler les secours le cas échéant !

Votre oxygène

Si vous ne faites pas partie des 3% d’Himalayistes qui n’utilisent pas d’oxygène, alors, il va falloir le payer ! La bouteille est à 500 €. Vous ne grimperez pas à moins de 5 bouteilles ! En ajoutant le prix du masque et du détendeur, l’oxygène vous reviendra à 3.300 €. Et vous devrez aussi payer l’oxygène de votre sherpa (et le sherpa avec) : environ 4.500 € pour un sherpa avec ses bouteilles. Et le transport de toutes ses bouteilles jusqu’au Camp de Base.

Le reste du matériel

Vous n’êtes pas obligés de tout acheter neuf mais vous avez intérêt à avoir du matériel adapté : un duvet qui résiste vraiment au froid, des chaussures de haute altitude. Les prix s’envolent vite. Un passage au Vieux Campeur le confirme : la paire d’Everest Summit GTX de Millet est à 699 €. Plus de 500 € pour un sac de couchage grand froid. Courrez vite sur le Bon Coin pour trouver du matériel d’occasion ! Pour le matériel que vous partagez avec les autres (comme les tentes ou le matériel de cuisine), il faudra le démultiplier par 4 : le nombre de camps.

Et ce n’est pas tout, il vous restera à payer, en vrac :
– la nourriture,
– le cuisinier népalais(et son assistant),
– le carburant pour les réchauds,
– les pourboires pour le cuisinier (un peu), et pour les sherpas (beaucoup) et pour le sherpa qui réussit  à vous emmener au sommet (encore plus ! jusqu’à 1.500 €),
– le prix de l’emplacement au camp de base,
– les vols de France à Katmandou, et jusqu’à Lukla,
– les yaks et/ou porteurs de Lukla au Camp de base

Total TTC 

Bref, tout compté, c’est un sacré investissement. Comptez entre 55.000 et 75.000 € par personne via une agence « sérieuse ». Certains agences locales cassent les prix et peuvent proposer des packages à 40.000 € mais attention à ce qui est inclus ou pas dans le prix. Et vous vous en doutez, même à 75,000 €, rien n’est garanti. Adventure Consultants, l’un des leaders du marché, avec près de 300 summiters depuis 1990, affiche pour 2016 un ratio de succès de 62%.

 

Illustration : Camp de base de l’Everest © Goutam1962

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *