Croix du Sud, un ancien projet qui pourrait renaître de ses cendres

Dans les années 1980, les aménageurs de la montagne n’ont pas froid aux yeux. En Maurienne, un immense projet vise à créer un domaine skiable international aux proportions gigantesque. Croix du Sud, c’est son nom. Il était alors question de relier Valloire à la Vallée de Suse en Italie. C’est ainsi que va naître Valmeinier 1800, une des premières pièces du puzzle. Au-dessus de Modane, la station de Valfréjus – alors balbutiante – va croitre dans l’idée de rejoindre un jour ce gigantesque domaine. Un projet capable de concurrencer les Trois Vallées, en Tarentaise.

Un domaine qui devait être finalisé avant 1992…

Mais les problèmes financiers de Valmeinier vont mettre fin à ce projet au début des années 1990. En 1987, un article du Monde écrivait : « Le Projet de création de la Croix du Sud peut apparaitre aujourd’hui comme une fuite en avant et un pari audacieux sur l’avenir. Mais il peut tout aussi bien se révéler comme une chance exceptionnelle pour la Maurienne ».

A la même époque, le projet devait aboutir avant les Jeux Olympiques de 1992 pour le Figaro : « La Croix du Sud, un nom à retenir. Celui du plus grand domaine skiable du monde qui va être créé, avant les Jeux, de Valloire à Bardonecchia en Italie, en passant par Valmeinier, Orelle et Val-Fréjus ». Dans le planning initial, la plupart des liaisons devait en effet être livrées pour 1991. La dernière phase, liaison Valfréjus – Bardonecchia, étant prévue pour 1993.

Lire aussi : Un projet de station de ski abandonné après 30 ans de procédures

Un retour dans le SCoT de Maurienne

Dans le contexte d’aujourd’hui, où la protection de la nature prend une place plus importante dans l’opinion publique, on pouvait penser qu’un tel projet n’avait aucune chance de refaire surface. Erreur. Car le projet en question, quelque peu amendé, s’est retrouvé inscrit dans le Schéma de Cohérence Territoriale de Maurienne, discuté l’an dernier. Il s’agit de l’Unité Touristique Nouvelle n°5 à laquelle la commission d’enquête publique a rendu un avis défavorable : « compte-tenu des impacts paysagers, environnementaux, économiques et sécuritaires ». Un avis… consultatif !

C’est dans ce même schéma directeur que l’on retrouve la liaison entre Albiez et Les Karellis ou la Construction du Club Med de Valloire.  

7 méga-remontées mécaniques

Le Projet Croix du Sud revu et corrigé intègrerait donc :

  • « 5 remontés mécaniques entre Valmeinier et Valfréjus et pistes associées pour relier le Lavoir à Valfréjus 1920m au secteur d’altitude de Valmeinier à 2200m en passant par le Col des Sarasins 2844m, le Refuge des Marches 2180m et le Col des Marches 2785m. Les pistes créées représentent une surface d’environ 85ha »
  • 1 « remontée mécanique entre Orelle et le Refuge des Marches », de 920 à 2.180 mètres.
  • 1 « télécabine entre Valfréjus 1550m et le Lavoir 1920m »

L’ambition étant de : « redynamiser les offres actuelles des stations de Valloire, Valmeinier, Orelle et Valfréjus par la création d’un grand domaine relié ». Jean-Claude Raffin, maire de Modane, ne mâche pas ses mots : « Si on veut maintenir des emplois dans notre vallée dans les vingt ans qui viennent, on a l’obligation de monter un peu plus haut dans les endroits où la neige sera encore présente. Je pense qu’on aura plus de difficultés si on ne fait pas ce type de projet que si on le fait ».

Les opposants au projet dénoncent une atteinte sans précédent à des montagnes vierges de toutes constructions. Ils pointent également du doigt une clientèle qui ne croit plus et concluent qu’un tel projet n’aurait pour conséquence économique que de récupérer la clientèle des domaines voisins.

Un nouveau sujet d’affrontement entre les tenants d’un développement économique tourné vers le ski et l’opinion publique qui, parfois éloignée des réalités économiques des vallées alpines, coupe et tranche (de plus en plus) en faveur d’une nature préservée.

Illustration © DR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here