montagne altitude default

L’hélicoptère déplace de la neige, mais il transporte surtout des skieurs !

Les quelques heures d’utilisation d’hélicoptères cet hiver pour déplacer de la neige ont choqué une partie de l’opinion publique. Alors même que la sauvegarde d’emplois était bel et bien en jeu. Dans le même temps, ces machines si décriées sont utilisées quotidiennement pendant tout l’hiver pour transporter des skieurs fortunés.

Qu’il s’agissent de transferts depuis les aéroports à destination des stations, de vols entre stations ou de vols panoramiques, le ciel de certaines stations est assez occupé. La plateforme de location de jets privés et d’hélicoptères PrivateFly a d’ailleurs publié la liste des stations les plus demandées par ses clients cet hiver. Dans le Top 5, deux destinations françaises arrivent en tête : 1. Val d’Isère/Tignes depuis l’aéroport de Chambéry, 2. Courchevel depuis l’aéroport de Chambéry. Dans le reste du classement, on retrouve des stations en Suisse et en Autriche.

Un mode de transport coûteux

De l’aéroport de Lyon à Val Thorens, comptez 40 minutes de vol et quelques 2.500 € pour 5 personnes. De l’aéroport de Genève à Méribel, il suffira de 30 minutes et pour le même prix que le vol précédent (ou presque), vous pourrez embarquer un sixième passager. Le moins cher est de venir des aéroports alpins d’Annecy ou Chambéry, plus proches des stations.

Les compagnies d’hélicoptères ne manquent pas de créativité. Elles proposent par exemple des vols depuis votre station à destination de certains restaurants étoilés des Alpes. Ajoutez alors 1.500 € de trajet (certes rapide) au prix du repas !

Lire aussi : Une station d’Isère fait la promotion de l’hélicoptère pour skier, avant de faire machine arrière

Toutes les stations ne sont pas desservies par ce type de service VIP mais la les principales assurément. Alpe d’Huez, Avoriaz, Chamonix, Courchevel, Megève, Méribel, Morzine, La Rosière, Les Arcs, La Plagne, Sainte Foy, Tignes, Val d’Isère, Val Thorens… et la liste n’est pas exhaustive.

Des aéroports alpins qui affichent complet

Les aéroports alpins accueillent cette clientèle venue du monde entier avant que des hélicoptères ne la redirigent vers les stations. En hiver, l’aéroport de Chambéry est un des premiers aéroports d’aviation d’affaires d’Europe. 70% des atterrissages et décollages rentrent dans cette catégorie, pour environ 5% des passagers. Certains jours, l’aéroport savoyard compte une centaine de mouvements d’avions d’affaires. En dehors de l’hiver, le trafic se réduit : du reste, l’aéroport ferme au-delà de fin avril jusqu’en décembre.

Le trafic d’aviation d’affaires est tel que certains aéroports refusent des vols. « Les aéroports de Chambéry et Grenoble sont les plus demandés puisqu’ils permettent de se rendre dans les stations de Val d’Isère, Tignes, Courchevel et Méribel en moins d’une demi-heure. Cependant, leur popularité pendant les week-ends et les vacances est tellement importante qu’ils sont souvent complets plusieurs jours à l’avance. » explique Adam Twidell, PDG de PrivateFly. Même en jet privé, on ne peut pas se poser où on veut, quand on veut… Le contrôle aérien contraignant le nombre de mouvements afin de pouvoir les gérer en sécurité.

A l’autre bout du trajet, en station, l’activité est tout aussi soutenue. L’altiport de Courchevel, l’un des plus fréquentés des Alpes françaises, comptabilise quelques « 6.500 mouvements par hiver », dont quelques 4.500 mouvements d’hélicoptères. Soit 44 atterrissages ou décollages chaque jour en saison. On y vient de Genève, Chambéry, Lyon, Annecy et même plus loin…

Le trajet des touristes : majeure partie de l’empreinte carbone du ski

Les professionnels du ski le savent, la majeure partie de l’empreinte carbone de leur industrie est liée aux acheminements de visiteurs. Certains viennent en train et en navettes. D’autres en avion d’affaires et en hélicoptère. La majorité en voitures. Mais certains modes de transports sont beaucoup plus polluants que d’autres. A titre de comparaison, voici un voyage Londres – Méribel, aller simple.

Mode de transport Volume de CO2 dégagé Temps de trajet
Jet Privé + Hélicoptère 212 kg / personne < 3 heures
Avion de ligne + Mini-bus 123 kg / personne Entre 3 et 5 heures
Voiture 65 kg / personne Entre 11 et 13 heures
Train + Bus 9,3 kg / personne Entre 8 et 9 heures

Taux d’occupation des transports collectifs : 75% à 100%, taux d’occupation des transports privés (voiture, jet privé, hélicoptère) : une famille de 4 personnes. Vol en jet privé ou avion de ligne jusqu’à Chambéry. Train : Eurostar jusqu’à Moutiers. Calcul Mobility-Impact.  

Illustration © DR

4.1/5 - (8 votes)

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.