La Sambuy

Loin d’une transition sereine, la station de ski ferme « brutalement » !

Depuis la décision du Conseil Municipal de Faverges-Seythenex de fermer la station de La Sambuy, les opposants à la décision tentent de se mobiliser. L’opposition municipale évoque les conséquences négatives d’une telle fermeture. Et des habitants, réunis en association, cherchent également à se faire entendre.

Dans le Dauphiné Libéré, l’opposition municipale dénonce une décision qui met fin au tourisme sur la commune. Et à toutes ses « retombées évaluées à 2,4 M€ ». Si l’exploitation de La Sambuy est bien déficitaire et que ce fait n’est pas discuté, les groupes minoritaires au Conseil Municipal déplorent le manque d’échange, de communication et « des scénarios insuffisamment étudiés avant de prendre les décisions ». Ces derniers avaient proposé un amendement lors du dernier Conseil Municipal, repoussant la prise de décision pour creuser les autres pistes. Rejeté. De son côté, le Collectif Tous Ensemble Pour la Sambuy (TEPS) s’active. « Sachez que nous travaillons sur toutes les possibilités à notre disposition afin de contrecarrer une décision insensée et dangereuse pour notre territoire » rappelle une de ses membres sur les réseaux.

La Sambuy, une petite station

De nombreux commentaires se sont félicités d’une telle fermeture. La citant en « exemple pour d’autres stations ». Se réjouissant que la « montagne reprenne ses droits » et que la « pollution laissée par les touristes » prenne fin. Quelques éléments pour éviter certains amalgames. La Sambuy est avant tout une petite station locale, elle attire quasi exclusivement une clientèle d’habitués venus des communes voisines. On est loin des « usines à ski » des Alpes du Nord qui remplissent des avions entiers venus du reste de l’Europe et drainent des milliers d’automobilistes jusqu’à leurs pistes.

C’est aussi une station à prix modéré, par comparaison avec ses voisines des Aravis ou du reste des Alpes du Nord. Avec une journée Adulte basse saison à 11,5 €, La Sambuy pouvait attirer un public qui ne peut se permettre de fréquenter les autres stations de la région. Le forfait journée Adulte à La Clusaz coûte ainsi 47 €. Si l’offre de ski n’a rien de comparable, la barrière financière à l’entrée est bien là.

Et le réchauffement climatique ?

Mais c’est aussi une station de moyenne montagne, située entre 1.150 et 1.890 mètres d’altitude. Elle est donc dès aujourd’hui impactée par des problématiques d’enneigement et l’activité ski n’y serait pas viable à long terme. Les membres du collectif TEPS soulignent la bonne pratique des stations qui préparent un plan de transition avant de fermer une activité. Ils évoquent ainsi le cas de Métabief qui redirige ses investissements vers le non-ski tout en maintenant cette activité de glisse pour quelques années encore. A La Sambuy, l’approche est inversée. Le Conseil Municipal a entériné la fermeture de la station et dit désormais vouloir réfléchir « à inventer une montagne sans ski ».

Illustration – vue du Lac d’Annecy depuis La Sambuy © DR

4.3/5 - (9 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.