file attente

La file d’attente virtuelle en montagne : solution pour respecter les distances ?

Une pandémie a été nécessaire pour que l’on se penche sur un phénomène que personne n’a jamais apprécié mais qui concerne tout le monde. La file d’attente. Dans les commerces, pour prendre le bus, pour visiter une exposition,… le temps passé à attendre en file indienne est colossal. Et quand des règles de distanciation viennent s’ajouter, ça se complique. Quelques fournisseurs sont depuis quelques années positionnés sur le segment du virtual queuing ou « file d’attente virtuelle ». Avec la pandémie, la demande a explosé. Et le système a commencé à faire son apparition dans les stations de montagne.

L’exemple des luges d’été ou des télécabines

Cet été à Revelstoke (Canada), la file d’attente pour la luge d’été était virtuelle ! A l’achat du ticket, un numéro d’embarquement vous était alors remis. Sur les écrans dans la station et sur votre smartphone, vous pouviez alors savoir si c’était à votre tour de grimper dans la luge et le temps à patienter. La file d’attente « physique » était ainsi réduite aux quelques tickets appelés sur la même plage de quelques minutes. L’intérêt ? Plus besoin de patienter les uns derrière les autres pour ne pas se faire doubler, les distances sont bien respectée, les risques de propagation du virus sont ainsi réduits.

A Tremblant, toujours au Canada, l’accès à la télécabine panoramique fonctionne de la même manière depuis quelques mois. Résultat, pas de queue ! Plus près de nous, depuis le 3 août dernier, certaines attractions du Parc Astérix (France) bénéficient d’un système similaire. Baptisé Filotomatix, le client peut « réserver » une nouvelle attraction seulement après être sorti de la précédente.

Qui n’attend pas, dépense son argent !

Mais les vendeurs de solutions existaient bien avant la pandémie. Car cette file d’attente virtuelle présente d’autres avantages pour les opérateurs. Le premier, c’est d’augmenter la satisfaction des clients. Au lieu de « perdre leur temps » à patienter à l’entrée d’une attraction quelconque, ils peuvent se promener, s’asseoir, et si le temps d’attente est long, s’attabler à un restaurant, faire du shooping. Et c’est là le principal intérêt. Le client libre d’attendre en faisant autre chose… peut dépenser son argent ! Une société britannique spécialisée dans ce type de solution explique qu’un client moyen pourra dépenser 15% de plus que prévu s’il patiente « virtuellement ». Une dépense principalement constatée sur des boissons et de la restauration…

Si le système est complexe à envisager pour réduire les files d’attente des remontées mécaniques en saison de ski, il semble efficace sur d’autres types d’attractions aux temps d’attente potentiellement plus longs. Luges 4 saisons, tyroliennes,…

Illustrations © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *