Octobre 1999 : la fureur du Shishapangma avale Alex Lowe !

Automne 1999, Alex Lowe et Conrad Anker arrivent au Tibet. Objectif : gravir le Shishapangma et ses 8.027 mètres pour le redescendre à ski. Une équipe de télévision les accompagne. On y trouve notamment David Bridges, ancien champion de parapente, reconverti en cameraman de haute altitude pour la chaîne NBC. Alex Lowe, lui, s’est fait un nom quelques années plus tôt en réalisant de belles premières en Antarctique et sur l’ile de Baffin. Il a également ouvert de nouveaux itinéraires au Népal ou au Pakistan sur des 6.000 assez techniques. Conrad Anker a un beau CV sur des montagnes d’Alaska ou de Patagonie. IL a également participé à la première ascension du Latok II au Pakistan.

Lire aussi : la Chine va autorisé Nims Dai à gravir le Shishapangma

Une avalanche gigantesque

L’expédition commence par plusieurs semaines d’acclimatation courant septembre. Et le 5 octobre, alors que le soleil brille sur le camp de base avancé, l’équipe se scinde en deux groupes et grimpe vers les camps supérieurs. Ils progressent sur le même glacier mais dans des zones distinctes. Alors que les groupes sont quelque part aux alentours des 5.800 mètres d’altitude, un craquement sourd se fait entendre plus haut sur la montagne. Un nuage de poudreuse se distingue alors et dévale la pente gagnant en puissance. Partie plus de 1.500 mètres au-dessus des alpinistes, l’amas de glace et de neige descend. Le premier groupe comprend vite qu’il se trouve sur la trajectoire de la coulée et un gros rocher salvateur leur sert d’abri de fortune. Quelques secondes après le passage de l’avalanche, les grimpeurs émergent, sains et saufs. La neige a pénétré jusque dans leurs sous-vêtements mais ils sont indemnes !

Au mauvais endroit, au mauvais moment…

Au même moment, le deuxième groupe n’a pas la même chance. « Alex est le premier de nous trois à voir l’avalanche. En une fraction de seconde, l’instinct a pris le dessus. (…) Nous avons tous couru dans des directions différentes ; j’ai traversé d’un côté et me suis retourné trois fois. La troisième fois, j’ai vu qu’Alex et David étaient au même endroit. A ce moment là, je me suis allongé sur la glace, me suis sécurisé avec mon piolet et j’ai mis les bras autour de ma tête. J’ai été instantanément frappé par la neige… » explique Conrad Anker quelques heures après la scène. Quand l’avalanche cesse, Anker est à moitié enseveli sous la neige mais parvient à s’en extraire. Blessé à la tête, une côte cassée, une déchirure à l’épaule, il se lance immédiatement à la recherche de ses deux compagnons. En vain. Le reste de l’équipe ne tarde pas à lui prêter main forte mais les corps d’Alex Lowe et David Bridges sont introuvables.

Hans, un membre du premier groupe raconte une scène après le drame : « En quittant le camp, deux corbeaux tibétains ont atterri au milieu de nos tentes. Ils restaient assis à me regarder, me rappelant mes deux amis qui venaient de me quitter pour vivre une autre vie » ! Alex Lowe avait 40 ans, David Bridges 29 ans.  

Dénouement en 2016 !

Au printemps 2016, Ueli Steck et David Goettler préparent l’ouverture d’une nouvelle voie en face sud du Shishapangma. Plus de seize ans après le drame, ils découvrent alors les corps de Lowe et Bridges qui affleurent à la surface du glacier. Entre temps, l’épouse d’Alex Lowe et Conrad Anker avait fondé le Khumbu Climbing Center pour aider à former les sherpas à la haute montagne.

Illustration © DR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here