Carte Marco Polo

Quand Marco Polo grimpait en altitude pour traverser le Pamir

Dans Le Livre des Merveilles, l’explorateur Marco Polo raconte ses périples à travers le monde. Durant l’un de ses voyages qui le mena en Asie, il traversa des contrées montagneuses. Sur l’une d’entre elles, il fit même le constat que l’eau bouillait moins facilement en altitude. Il attribuait ce phénomène à la « froidure de l’air ». Mais qu’importe, il était ainsi l’un des premiers à constater les spécificités de l’altitude. Dans le Livre I, chapitre 37, il raconte son passage par la « Province de Vocam et ses hautes montagnes ». Cette région est aujourd’hui située aux confins de l’Afghanistan, aux portes du Pamir. Le voyage se passe au 13ème siècle. Suivez donc Marco Polo au Pamir…

Quand Marco Polo traversait le Pamir

« Nous nous trouverions encore ici près des Indes, si je suivais ma première route ; mais parce que j’en dois faire la description dans le troisième livre, j’ai résolu de prendre un autre chemin et de revenir à Balascia, prenant ma route entre le septentrion et le midi. On vient donc en deux jours à un certain fleuve (l’Oxus), le long duquel on rencontre beaucoup de châteaux et de maisons de campagne. Les habitants de ces cantons sont de bonnes gens, bons guerriers, mais mahométans. À deux journées de chemin de cet endroit, on entre dans la province de Vocam, qui est sujette du roi de Balascia, ayant trois journées de chemin de long et de large. Les habitants ont une langue particulière et font profession de la loi de Mahomet. Ils sont vaillants guerriers et bons chasseurs, car ce pays-là est rempli de bêtes sauvages.

Si de là vous allez du côté de l’orient, il vous faudra monter pendant trois jours jusqu’à ce que vous soyez parvenu sur une montagne, la plus haute qui soit dans le monde. On trouve là aussi une agréable plaine entre deux montagnes, où il y a une grande rivière, le long de laquelle il y a de gras pâturages où les chevaux et les bœufs, pour maigres qu’ils soient, s’engraissent en dix jours ; il y a aussi grande quantité de bêtes sauvages ; surtout on y trouve des béliers sauvages d’une grandeur extraordinaire, ayant de longues cornes dont on fait diverses sortes de vases.

Marco Polo. Portrait en mosaïque, Palazzo Tursi, Gênes.

Cette plaine contient douze journées de chemin : elle s’appelle Pamer ; mais si vous avancez plus avant, vous trouvez un désert inhabité ; c’est pourquoi les voyageurs sont obligés de porter des provisions. On ne voit point d’oiseau en ce désert, à cause de la rigueur du froid, et que le terrain est trop élevé, et qu’il ne peut donner aucune pâture aux animaux.

Si on allume du feu dans ce désert, il n’est ni si vif ni si efficace que dans les lieux plus bas, à cause de l’extrême froidure de l’air. De là le chemin conduit entre l’orient et le septentrion, par des montagnes, des collines et des vallées, dans lesquelles on trouve plusieurs rivières, mais point d’habitation ni de verdure. Ce pays s’appelle Belor, où il règne en tout temps un hiver continuel ; et cela dure pendant quarante journées, ce qui fait qu’on est obligé de se fournir de provisions pour tout ce temps-là. On voit cependant sur ces hautes montagnes, par-ci par-là, quelques habitations ; mais les hommes en sont très cruels et très méchants, adonnés à l’idolâtrie, et ils vivent de chasse et se vêtissent de peaux. »

Commander Marco Polo, le livre des merveilles ou le lire en ligne sur La Revue des ressources !

Illustrations © DR

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *