Annapurna Himalaya

Top 5 des ascensions himalayennes contestées : sont-ils allés au sommet ?

Dans l’histoire de l’alpinisme, certains grimpeurs ont affirmé avoir atteint tel ou tel sommet. Sans que des preuves suffisantes puissent être apportées. Dans ces cas, les ascensions contestées ont souvent fait couler beaucoup d’encre. Si certains cas ont pu être élucidés, d’autres ne l’ont pas été et ne le seront jamais, les protagonistes ayant depuis disparu. Voici quelques-uns des cas les plus connus…

1. 2009. Oh Eun-Sun au Kangchenjunga

Ce devait être la consécration. Dans la course internationale pour être la première femme au monde à avoir gravi tous les sommets de plus de 8.000 mètres, la Sud-Corénne Oh Eun-Sun annonça en avril 2010 avoir gagné ! A sa descente de l’Annapurna, et alors qu’était proclamée sa victoire, les doutes surgirent. Concernant une ascension de l’année précédente. Il faut dire qu’en 2009, sa réussite au Kangchenjunga posait de nombreuses questions. La photo du sommet, sous la neige et dans un épais brouillard, ne permettait pas d’affirmer qu’elle était au bon endroit. Le témoignage d’un sherpa soutenait la thèse de la réussite mais les doutes subsistaient, notamment dans l’équipe de la suivante sur la liste des femmes à réussir les 14 sommets, l’Espagnole Edurne Pasaban. Il faut dire que cette dernière était sur la montagne au même moment et sa photo au sommet faisait apparaitre des différences significatives.

Dans le même temps, d’autres sherpas affirmèrent qu’Eun-Sun n’avait pas atteint le sommet. Quelques mois plus tard, c’est la fédération alpine sud-coréenne qui enfonce le clou en jugeant comme un « échec probable » l’ascension du Kangchenjunga par leur compatriote. Fin août 2010, un alpiniste retrouva le drapeau de la Sud-Coréenne 50 mètres sous le sommet, bloqué par des rochers. Preuve supplémentaire ou détail inutile ? Référence en la matière, Elizabeth Hawley considéra depuis Katmandou que l’ascension avait eu lieu, bien que contestée. La seule solution eut été de refaire cette ascension, ce qu’Oh Eun-Sun s’est toujours refusé à faire. Encore aujourd’hui, on ne sait pas avec certitude ce qui s’est passé en 2009 sur le Kangchenjunga.

Certaines ascensions contestées sont bien plus récentes. A une époque où l’utilisation des GPS est devenue monnaie courante, en tracker, en montre,… C’est notamment le cas en 2017.


2. 2017. Kilian Jornet à l’Everest

En mai 2017, l’ultra-trailer catalan Kilian Jornet est au Tibet. En l’espace d’une semaine, il réalise en un chrono record l’ascension de l’Everest… à deux reprises. L’annonce est tellement retentissante que ses dires sont scrutés  à la loupe par certains observateurs. Quelques incohérences ou manques de données dans sa trace GPS et dans les témoignages rapportés sont suffisants pour que le doute s’installe.  Dan Howitt, un journaliste nord-américain s’est particulièrement intéressé à toutes ces incohérences. Pour lui, aucun doute, Jornet cache quelque chose.

En 2020, un média espagnol rouvre le dossier et en arrive à la conclusion que les doutes seront difficiles à dissiper. Et le Catalan de conclure : « « Je sais ce que j’ai fait et j’ai fourni toutes les preuves que j’avais, chaque personne est libre de penser ce qu’elle veut ». Avec sa popularité et ses réalisations passées, il a de sérieux atouts. L’opinion publique a choisi. Jornet est bien allé au sommet. Et qu’importe, aux yeux du public, si ce n’est pas le cas.


3. 2013. Ueli Steck à l’Annapurna

Alors qu’il grimpe seul, principalement en pleine nuit, la face Sud de l’Annapurna, le Suisse Ueli Steck tombe son appareil photo. Il ne fait pas demi-tour pour autant et file jusqu’au sommet. Une ascension en solitaire réalisée en un temps record par une voie réputée très périlleuse. Evidemment, faute d’appareil photo, il n’a aucune preuve de sa présence au sommet. Comme pour Jornet, sa réputation joue en sa faveur et la communauté des alpinistes du monde entier semble le soutenir. Mais plusieurs spécialistes mènent l’enquête dont le Français Rodolphe Popier. Il examine à la loupe tous les détails, tous les témoignages, et pointe une série d’incohérences.

Dans un récent article pour El Pais, intitulé « Je crois qu’Ueli Steck a menti », Popier revient sur son travail (lien en espagnol). Il explique « Personnellement, je pense qu’il y a un mensonge quelque part, ce que je ne peux pas dire dans mes rapports car ils ne sont basés que sur des données ». Car si de nombreux doutes sont mis en avant, rien ne permet de conclure au mensonge. Seul Steck savait toute la vérité. Il est décédé en 2017 sur les pentes du Nuptse, son Annapurna restera à jamais sur la liste des ascensions contestées.  

4. 1990. Tomo Cesen au Lhotse

Souvent cité comme cas d’école des mensonges d’alpinistes, Tomo Cesen affirme avoir gravi la très difficile face sud du Lhotse en solitaire au printemps 1990. A l’issue d’une ascension éclair, il aurait réussi seul là où des équipes entières ont échoué. La jalousie de certains entre en jeu et des incohérences font leur apparition. Soutenu par certains, enfoncé par d’autres, le Slovène Tomo Cesen est accusé d’avoir utilisé des photos volées à une autre expédition pour illustrer son aventure. Découvrez la controverse de Cesen au Lhotse en détails !


5. 1993. Ed Viesturs au Shishapangma

Assez naturellement, de nombreux grimpeurs au Shishapangma s’arrête sur ce qu’ils croient être le sommet. Pourtant cette antécime ne culmine qu’à 8.013 mètres quand le véritable sommet est à presque 2 heures de là. Et culmine à 8.027 mètres, après une longue arête à plus de 8.000 mètres. Quand l’Américain Ed Viesturs réalise l’ascension du Shishapangma en 1993, il connait cette distinction. Mais l’arête pour rejoindre le sommet principal est trop dangereuse à son goût, les corniches de neige y sont nombreuses. Et s’y aventurer seul est comme jouer à la roulette russe. Il redescend en connaissance de cause.

Pour terminer son challenge des 14 sommets de plus de 8.000 mètres et que les contestations ne soient plus possibles, Ed Viesturs va alors faire le choix de revenir au Shishapangma en 2001 et d’aller jusqu’au sommet principal. Une deuxième expédition pour faire taire les interminables discussions sur la pertinence d’accepter cette antécime comme le vrai sommet au prétexte qu’il n’y a que 14 mètres d’écart !

Illustration – Annapurna – Ascensions contestées ©  DR

Top Addict

C'est le roi des classements ! Tous les Top 5 possibles et inimaginables ! C'est un peu toute la rédaction de Altitude.News qui se cache derrière ce drôle de nom ! Pour proposer de nouveaux classements : topaddict@altitude.news !

Voir tous les articles de Top Addict →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *