Kangchenjunga

L’expédition allemande de 1929 au Kangchenjunga et son récit militaire

En 1929, une expédition allemande se lance en Himalaya : elle vise le Kangchenjunga. Un sommet de plus de 8.000 mètres. Les « soldats » de Paul Bauer vont livrer une « bataille » sans merci qu’il raconte avec force vocabulaire militaire.

Le vocabulaire militaire tient depuis longtemps une place centrale dans l’himalayisme. On lance une « attaque » au sommet ou un « assaut ». Remise au goût du jour par l’ancien soldat Nims Dai qui mène des missions à 8.000m avec une organisation et une rigueur inspirées de son passé dans les forces spéciales, cette rhétorique martiale remonte au siècle dernier. A l’époque où entre de grands conflits mondiaux, les nations s’affrontaient pour gravir les plus hauts sommets de la planète. Un des textes les plus célèbres en la matière est celui de Paul Bauer décrivant le « Combat pour le Kangchenjunga ».

Dans ce récit militaire, cet alpiniste raconte cette première expédition allemande à l’époque de l’accession au pouvoir des nazis. Début janvier 1929, Himmler prend le commandement des SS et la République de Weimar continue de s’affaiblir. Au même moment, l’expédition allemande en Himalaya est décidée. Elle s’organise rapidement et en août de la même année, Paul Bauer dirige ses hommes vers le camp de base du Kangchenjunga. On soupçonne alors cette montagne d’être la seconde plus haute de la planète, on sait aujourd’hui que c’est la troisième derrière l’Everest et le K2.

Lire aussi : Everest 1952, le demi-tour des Suisses !

L’expédition atteint les 7.400 mètres d’altitude

Le déroulé de l’expédition de 1929 au Kangchenjunga n’est pas passionnant, même si l’entreprise est très ambitieuse. Alors en résumé : deux Bavarois membres de l’équipe, Karl von Kraus et Eugen Allwein, atteindront les 7.400 mètres. L’expédition rentrera en Allemagne sans sommet, elle n’aura pas vraiment réussi à redorer le blason de la puissance germanique, en berne depuis la première guerre mondiale. Il faudra attendre 1955 pour qu’une expédition britannique atteigne pour la première fois les 8.586 mètres du Kangchenjunga. Quant aux Allemands, ils graviront un 8.000 en 1953 avec l’expédition au Nanga Parbat. Au-delà du déroulé de cette expédition de 1929, c’est son récit par Paul Bauer qui est intéressant. Sa tonalité et le vocabulaire employé en font un modèle de texte militaire. Les expressions entre guillemets sont tirées des écrits de Paul Bauer, publié dans l’Himalayan Journal, dans l’Alpine Journal et dans d’autres documents de référence à cette époque.

Kangchenjunga 1929 : la rhétorique martiale de l’entre-deux-guerres

Le « premier devoir » de l’expédition était de déterminer le meilleur itinéraire pour la progression des « soldats ». Pouvait-on « forcer ce mur » par un « assaut » de l’équipe ? Après un premier échec, il n’était pas question de « capituler ». Même si les dangers de gelures devenaient « menaçants ». La « conquête » de ce sommet était difficile, avec de nombreux « obstacles » à surmonter. Au camp de base, les « colonnes d’assaut » se tenaient prêtes mais rien ne se déroulait comme prévu, il fallait « changer les plans et se préparer à un siège » de la montagne. Une « attaque » semblait impossible. Toute l’énergie de « ses hommes » était dépensée à « lutter » contre les chutes de neige. Comment accepter « l’amertume de la défaite » ? En se souvenant de s’être « alliés dans le combat pour les géants de l’Himalaya ».

Dans un livre publié en 1934, Theodor Herzog explique l’état d’esprit dans lequel les expéditions himalayennes allemandes de cette époque étaient lancées : « Le soldat allemand a appris à tout accepter sans espoir de paiement autre que la conscience d’avoir rempli son devoir. (…) Pour eux, le combat pour le combat n’était rien de nouveau, la loyauté envers les objectifs supérieurs était évidente. C’est avec cette logique que furent conçues les premières expéditions himalayennes allemandes de l’après-guerre ». Dans son livre Kampf um den Himalaja (Bataille pour l’Himalaya), Bauer évoque les « hommes qui ont marché au combat », « fidèles à l’extrême », étrangers aux notions de « doute et de lâcheté ».

Illustration © J.Michankow CC-BY-2.0

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *