Mont Aiguille

1492 : un Français réalise la première ascension du Mont Aiguille !

Quelques semaines avant la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, un Français va réaliser la première ascension du Mont Aiguille. Une première à plus d’un titre.

Il trône telle une forteresse, détaché du reste du Vercors par l’érosion. Cet immense bloc de calcaire qui dépasse les 2.000 mètres d’altitude aurait abrité jadis les Dieux chassés de l’Olympe. Un mythe parmi d’autres comme les montagnes savaient en faire naître à ces époques. Lors de la première ascension, personne ne trouva trace de ces Dieux de l’Olympe…

Mont Aiguille : une première ascension

C’est une des ascensions marquantes de l’histoire de l’alpinisme. Elle est souvent considérée comme la toute première authentifiée. L’aventure de Pétrarque sur le Ventoux en 1336 relevant plutôt de la randonnée. A la demande de Charles VIII, Antoine de Ville est chargé d’une mission de la plus haute importance. Gravir le Mont Aiguille, cette montagne du Dauphiné que l’on appelait bien volontiers Mont Inaccessible. Sa première ascension en fera une montagne bien connue des Français, plusieurs siècles avant que le mont Blanc ne prenne le relais. Sur les cartes de l’Ancien Régime, le Mont Aiguille était une des rares montagnes mentionnées, avec le Mont Viso. On trouvera même un article sur le sujet dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en 1765.

Lire aussi : En savoir plus sur l’ascension du Mont Aiguille et l’imaginaire politique de l’époque

Si le roi s’intéresse à cette montagne à la fin du XVème siècle, c’est notamment pour sa prairie sommitale inaccessible reproduisant à s’y méprendre certaines représentations d’époque du jardin d’Eden. C’est le 26 juin 1492 qu’Antoine de Ville pose le pied sur cette plate-forme sommitale, accompagné de toute une équipe, dont un notaire à même de certifier la réalisation de l’ascension. Il restera plusieurs jours au sommet avant de finalement redescendre. Cet évènement sera loin de susciter un engouement pour l’alpinisme. Il faudra même attendre près de trois siècles et demi avant que la seconde ascension du Mont Aiguille ne soit réalisée. Aujourd’hui cette « course » classique du Vercors n’est pas réputée difficile. Deux heures suffisent depuis le bas des falaises pour rejoindre le sommet. Une montagne très présente dans Un Mensonge à l’Everest, dernier ouvrage de Jean-Michel Assellin (Editions Glénat).

Illustrations © Pixabay

3.9/5 - (11 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.