himalaya 14 sommets

Seuls 3 alpinistes auraient gravi les 14 sommets de 8.000 mètres !

Coup de tonnerre dans le monde de l’himalayisme. Selon des critères actualisés, seuls trois alpinistes auraient réussi l’ascension des 14 sommets de plus de 8.000 mètres.

En 2022, nous avons désormais une bien meilleure connaissance des plus hautes montagnes de la planète. Les nombreuses ascensions, les images satellites, les trackers GPS, vidéo de drones, tout concourt à nous donner une vision plus précise de ces sommets que quelques décennies en arrière. C’est avec ce savoir actualisé qu’Eberhard Jugalski et quelques experts reconnus se sont penchés sur une liste très fameuse. Celle des alpinistes ayant gravi les 14 sommets de plus de 8.000 mètres que compte notre planète. Initialement, ils étaient plus d’une quarantaine. Revue avec les critères d’aujourd’hui, la liste se réduirait à… trois personnes. Explications.

Qui est vraiment allé au sommet ?

L’usage a voulu, au fil des années, que les grimpeurs s’arrêtent bien souvent avant le sommet sur l’Annapurna, sur le Dhaulagiri et évidemment sur le Manaslu. Certains par erreur, par méconnaissance, d’autres par mauvaise foi. Et la légende vivante de l’himalayisme, Reinhold Messner, est donc logiquement détrônée. Lui qui a admis depuis longtemps être resté 5 mètres sous le sommet de l’Annapurna. Jugalski rappelle néanmoins que ces 5 mètres d’altitude se traduisent par 65 mètres de distance, une approximation qui fait disparaitre Messner de cette liste. Mais il n’est pas le seul à perdre sa distinction. Le « faux sommet » du Manaslu empêche Kukuczka, Dujmovits, Hamor ou Benet de rester sur cette fameuse liste.

Au final, il ne semble rester que 3 himalayistes qui trouvent grâce aux règles précises du chroniqueur des sommets. Ed Viesturs serait le premier. L’Américain aurait ainsi terminé son challenge des 14 sommets en 2005. Il est suivi par le Finlandais Veikka Gustafsson (en 2009). Le troisième est Nirma Purja, alias Nims Dai. Le Népalais n’aurait pas atteint les sommets exacts pendant son challenge record de 2019 mais un peu plus tard lors d’ascensions additionnelles. Il est malgré tout le troisième à avoir gravi ces 14 sommets et si son record de vitesse est modifié (passant de 6 mois et 6 jours à 2 ans et 5 mois et 15 jours), il en est toujours le détenteur, avec quelques 14 années d’avance sur le suivant.

Dans cette nouvelle liste, il n’y a plus de femme, Nives Meroi a perdu son Manaslu. Gerlinde Kaltenbrunner son Manaslu et son Dhaulagiri. Tout comme Edurne Pasaban. La Chinoise Hong-Juan Dong est à un sommet des 14.

Consulter la nouvelle liste de Jugalski

Réécrire l’histoire des 14 sommets de 8.000m ?

D’autres sont encore plus bousculés comme Denis Urubko dont 3 sommets sur 14 sont discutés. Enfin une quinzaine d’entre eux n’auront pas l’occasion de répondre, ils ne sont plus de ce monde. Erhard Loretan, Jerzy Kukuczka, Messner, Wielecki. Vivants ou morts, tous ces alpinistes resteront des légendes de leur discipline. En leur temps et avec les critères de l’époque, ils ont réalisé d’incroyables exploits. Ils ont repoussé les limites de l’himalayisme. Avec « honnêteté », ils sont allés jusqu’au point le plus haut. Du moins le pensaient-ils. A l’automne dernier, des images de drones apportaient la démonstration sans équivoque que le sommet du Manaslu n’était pas là où tout le monde voulait le croire. Dès lors qu’on détient cette nouvelle connaissance, il est difficile de ne pas vouloir rejoindre le « vrai sommet ».

Les héros du passé, quant à eux, se voient disqualifiés des années après. La réécriture de l’Histoire est un exercice complexe, aux dommages collatéraux nombreux et à la finalité discutable. Jugalski et ses proches ont le mérite d’avoir mis le sujet sur la table, après plusieurs années de recherches. Il reste de nombreuses zones d’ombres au tableau, notamment sur la méthode employée qui n’a pas donné la parole à chacun. Aujourd’hui, nous disposons de tous les moyens techniques pour démontrer la réussite d’un sommet. 40 ans en arrière, la parole des grimpeurs était un élément plus largement pris en compte. A cette époque, la chroniqueuse de l’Himalaya, Elizabeth Hawley, interviewait tous les alpinistes qui descendaient des sommets. Par méconnaissance, elle a certainement validé de nombreux sommets qui n’en étaient pas.

Les réactions à venir seront nombreuses. Les attaques ad-hominem contre un chroniqueur qui a dédié sa vie à la connaissance des montagnes vont pleuvoir. D’autres auront l’honnêteté de dire qu’il a sûrement raison sur les faits. D’autres enfin plaideront le contexte de l’époque, qui explique des affirmations que l’on croirait aujourd’hui mensongères. Un sacré coup de pied dans la fourmilière en tous les cas.

Illustrations © Pixabay

4.9/5 - (13 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Une réflexion sur « Seuls 3 alpinistes auraient gravi les 14 sommets de 8.000 mètres ! »

  1. Il y aura toujours des gens pour chercher des poux dans la tête sur n’importe quel sujet…pour se faire mousser sans doute !
    Messner est le plus grand et le restera n’en déplaise à certain et ce n’est pas 5 malheureux mètres qui change les choses…regardez son incroyable palmarès suffit à faire taire les grincheux….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.