Une étude explique qu’en 2100, seules 24 stations resteront skiables !

Une étude scientifique publiée fin avril dernier dans le journal Cryosphere s’intéresse aux impacts du changement climatique sur le tourisme hivernal. Ce travail conjoint de plusieurs chercheurs issus notamment de l’Irstea et du CNRS prend en compte l’utilisation de la neige de culture et tente de comprendre si cette dernière est pertinente face à ces changements climatiques.

175 stations analysées

En fonction de différents scénarios, l’étude montre que sur quelques 175 stations étudiées (en France, Espagne et Andorre), de 14 à 25% d’entre elles seraient dans une situation critique en terme d’enneigement (malgré le recours à la neige de culture) avant le milieu du siècle. Dans la deuxième moitié du siècle, il n’y aurait plus une seule station en capacité à offrir un enneigement naturel acceptable. Pire, sur la période 2080-2100, seules 24 stations pourraient proposer du ski, avec un recours accru à la neige de culture. L’étude précise que ces 24 stations ne situent dans les Alpes. Avec un des scénarios les plus enthousiastes, on voit subsister quelques stations pyrénéennes.

Les effets combinés des variations de conditions permettant les chutes de neige ainsi que des conditions permettant de produire de la neige de culture ont un effet radical. L’altitude à laquelle la neige de culture permet de maintenir un enneigement satisfaisant devrait grimper de 200 à 300 m dans les Alpes du Nord, de 400 à 600 mètres dans les Pyrénées.

Les actuelles capacités de production de neige de culture devront être certainement revues à la hausse pour faire face à ces élévations de température, afin d’arriver aux résultats présentés dans l’étude. Les auteurs précisent que ce travail n’est pas suffisant pour cerner les conséquences du changement climatique sur le tourisme du ski. Il faudrait notamment se pencher sur la question de la ressource en eau (nécessaire à la neige de culture), et des impacts sur le contexte environnemental. C’est le bouleversement du business model de l’industrie du ski qui doit être pris en compte.  

Sans un changement radical de business model, et si les hypothèses de réchauffement climatique les plus pessimistes se réalisent, on ne pourra skier en 2100 que dans quelques rares stations alpines.

Lire aussi : Réchauffement climatique, des glaciers radioactifs

Références : Spandre, P., François, H., Verfaillie, D., Pons, M., Vernay, M., Lafaysse, M., George, E., and Morin, S.: Winter tourism under climate change in the Pyrenees and the French Alps: relevance of snowmaking as a technical adaptation, The Cryosphere, 13, 1325-1347, https://doi.org/10.5194/tc-13-1325-2019, 2019.

Illustration © DR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here