Vue sur l'Himalaya

Du goudron dans l’air de l’Himalaya d’après une étude chinoise

Une station de recherche basée sur le plateau tibétain a mis en évidence dans la présence dans l’air de l’Himalaya de nanoparticules de goudron. De la pollution dans une région quasi-déserte.

Après les algues qui font fondre les glaciers, d’autres menaces sont à l’œuvre sur les plus hauts sommets du monde.

Une étude chinoise s’intéresse aux aérosols de carbone

Des scientifiques de l’Université de Zhejiang ont publié les premiers résultats de leur travail (lien en anglais) sur la qualité de l’air dans l’Himalaya. Sur les nombreuses particules prélevées dans l’air capté, près de 30% étaient composées de goudron. Comprendre : de carbone. Ces boules de carbone de quelques centaines de nanomètres ont été portées par les vents. Elles viennent manifestement de différentes combustions de biomasse dans la plaine Indo-Gangétique, nettement plus peuplée. C’est même l’une des régions les plus peuplées au monde.

Un carbone bien menaçant

Que des centaines de millions d’habitants massés dans une même région génèrent de la pollution qui peut se déplacer sur des milliers de kilomètres, portée par les vents, n’est pas une immense surprise. Le type de carbone transporté a en revanche interrogé les chercheurs. Car le « carbone brun primaire » retrouvé dans ces particules a des propriétés spécifiques. Il absorbe notamment très bien la lumière du soleil. C’est ainsi qu’il pourrait contribuer au réchauffement de certaines régions et notamment les zones de montagne de l’Himalaya. Les scientifiques font l’hypothèse d’une « influence substantielle » sur la fonte des glaciers de l’arc himalayen.

Lire aussi : Ils « cultivent » des glaciers pour faire face au réchauffement climatique

Rien n’arrête la pollution

En étudiant les trajectoires des masses d’air, les modèles mathématiques météo et l’imagerie satellite, ils sont désormais convaincus que ces particules viennent de loin. Car la plaine Indo-Gangétique et le plateau tibétain sont séparés par la plus gigantesque barrière de la planète : la chaîne himalayenne. Démonstration est faite que la plus infranchissable des murailles ne protège pas des effets de la pollution mondiale.

Illustrations © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *