grand rocher

Cette montagne n’a que 88 ans mais elle s’effrite…

Elle se dresse majestueusement au-dessus du fameux Parc Zoologique de Vincennes. Tous les parisiens l’ont déjà aperçue même si tous ne connaissent pas son histoire. Cette drôle de montagne, le Grand Rocher du Zoo de Vincennes, est bien une construction humaine. A distance, on se laisserait presque bluffer. Cet été, des travaux vont démarrer pour rénover le rocher et permettre à nouveau l’accueil du public, enfin presque. Retour sur l’histoire de cette montagne de béton.

Le Grand Rocher de Vincennes : fermé au public jusqu’à nouvel ordre

Son accès est fermé au public depuis 2008 mais cela n’a pas toujours été le cas. Après sa construction en 1934, ce rocher de 65 mètres de haut était une attraction à part entière. Un ascenseur permettait au public d’accéder à son sommet et d’admirer le panorama sur la capitale et sur le parc. En 1982, alors que le parc vieillit, le grand rocher est fermé pour des questions de sécurité. Rouvert en 1997 après travaux, il ferme à nouveau en 2008 lorsque c’est l’ensemble du parc qui subit de sérieuses rénovations. Mais le Grand Rocher n’est pas inclus dans le projet et quand le zoo rouvre ses portes en 2014, il reste inaccessible. Les travaux à venir devraient permettre de rouvrir le rez-de-chaussée, un grand espace d’expositions agrandi et porté à 1.000 m² pour un total estimé à 900.000 Euros. Mais ils n’incluent toujours pas la réfection des 352 marches de l’escalier ou de l’ascenseur. Dans les années à venir, retourner au sommet du Grand Rocher sera donc bien improbable.

Lire aussi : Les parcs naturels ne sont pas des zoos, en prison pour avoir approché un grizzly…

Une innovation au début du XXème siècle

Sous le béton projeté à l’époque sur un grillage métallique, on trouve une structure de poteaux et de poutres en béton armé. Mais l’intérieur de la montagne n’est pas vide. Aux côtés des deux cages d’escaliers et de l’ascenseur, on trouve notamment un château d’eau et un grand réservoir. Près de 2.000 mètres cubes d’eau sont ainsi stockés à l’abri et utilisés pour alimenter les bassins du zoo. Derrière la fausse montagne, on trouvait aussi plusieurs espaces pour les animaux. Les caprins de l’Himalaya pouvaient ainsi grimper sur les rochers jusqu’à leur abri. L’idée d’un rocher artificiel dans les zoos n’était pas une exclusivité de Vincennes. Inauguré en 1934, il s’inspirait notamment de celui du zoo de Hambourg, déjà en service en 1907. Les travaux à venir devraient être en partie financés par un appel aux dons de la Fondation du Patrimoine.

Illustrations © Pixabay

4.3/5 - (7 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.