Grand Bharal

Les braconniers de l’Himalaya indien sont rarement poursuivis !

Régulièrement, des affaires de braconnages font la une de la presse au Ladakh, sur les contreforts indiens de l’Himalaya. Pourtant, les coupables ne craignent pas grand-chose. Une nouvelle affaire vient de faire grand bruit, le suspect n’est autre qu’un policier de Leh, la capitale de la région.

Le braconnier était policier

Un inspecteur de police de Leh a été arrêté et placé en détention pour avoir chassé un grand bharal ou mouton bleu. Ce ruminant qui ressemble à une grande chèvre sauvage a un statut d’animal protégé dans cette région de montagne du nord de l’Inde. Des munitions ont été saisies chez le policier ainsi qu’une peau d’animal qui doit être expertisée. L’arme utilisée a également été retrouvée, une enquête est en cours. Et les responsables locaux de la protection de la faune sauvage promettent « aucun laxisme sur ce dossier ».

Lire aussi : Kunjok Lama, le roi des braconniers de l’Himalaya, arrêté par la police !

Ladakh : Les braconniers de l’Himalaya rarement inquiétés !

Pourtant, la presse locale ne semble pas convaincue. Dans le Reach Ladakh Bulletin, plusieurs cas de braconnage n’ayant donné lieu à aucune poursuite sont cités. L’« augmentation du nombre de cas de braconnage dans le district de Leh pose des questions sur la sécurité de la faune sauvage et l’incapacité de l’administration à punir les coupables. Ces cas montrent comment le système fonctionne. Même quand les responsables sont identifiés et arrêtés, ils ne reçoivent pas de peine stricte. Puis ils finissent libérés sous caution. » explique le journal indien .

Illustrations © F. Stoger – CC BY-SA 4.0

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *