montagne altitude default

Dans l’Himalaya, un village chinois est apparu en territoire indien !

Nouvelle illustration des tensions frontalières au cœur de l’Himalaya, un village chinois a été « découvert » aux confins d’un état indien. La zone n’est pas en Inde pour tout le monde. Explications.

Des images satellite fournies par Planet Labs ont mis le feu aux poudres. Elles présentent la confluence de deux rivières. Un site localisé à environ 4,5 km de la « frontière » entre Inde et Chine, côté indien. Les deux images successives, photographiées à l’été 2019 et en novembre 2020 montrent la construction (rapide) d’une centaine de bâtiments. Les autorités indiennes ne sont pas à l’origine de ces constructions ni de la route qui les dessert depuis le Nord.

La Chine a réagi par le biais de son ministère des affaires étrangères expliquant qu’une telle « construction de la Chine sur son propre territoire est une affaire de souveraineté ». Pour New Delhi, la région de l’Arunachal Pradesh est sans nul doute indienne. Pour autant, elle fait partie des zones en bordures de la Ligne de Contrôle. Frontière contestée par les deux Etats. Et la contestation ne porte pas sur quelques détails, la ligne en question mesure plus de 3.000 kilomètres.

Lire aussi : 39 milliards d’Euros pour une nouvelle voie ferrée aux portes de l’Arunachal Pradesh

Une région sous contrôle chinois depuis 60 ans

Les connaisseurs expliquent que la région du nouveau village est de facto sous contrôle chinois depuis 1959. Depuis le début des années 1960, l’Inde a cessé de patrouiller dans ce secteur peu accessible. Mais la situation reste floue. Pour Pékin, la totalité de l’Arunachal Pradesh est un territoire chinois, appelé le Sud-Tibet. Pour New Delhi, ces terres sont indiennes. On parle tout de même de presque 90.000 km², presqu’autant que la superficie de la Nouvelle Aquitaine. L’épisode en question ne porte que sur une toute petite zone au nord de l’Arunachal Pradesh.

Lutte contre la pauvreté ou « expansionnisme agressif » ?

La construction de ce village aurait vocation à « réduire la pauvreté » du Sud-Tibet en permettant à des familles démunies de s’y installer. Mais derrière cet objectif louable se cache d’après l’Inde une volonté de marquer son territoire.  Depuis 2015, près d’une centaines de villages de ce type ont été construits dans ces zones frontalières précise Claude Arpi dans The Hindu (lien en anglais). Un large plan visant à réduire la pauvreté du Tibet et améliorer sa stabilité politique, lancé par Pékin, justifie donc ces constructions.

Lire aussi : Himalaya, un village népalais serait devenu tibétain par négligence

Un autre village a été construit il y a quelques mois, cette fois-ci sur un territoire contesté avec le Bhoutan. Pour Brahma Chellaney, membre d’un think tank indien dédié à la géopolitique,  la Chine démontre là encore son « expansionnisme agressif » (lien en anglais vers le SCMP).

 Illustrations © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *