Train Lhassa

39 milliards d’Euros pour une nouvelle voie ferrée qui désenclave le Tibet

La Chine a annoncé démarrer les travaux d’une nouvelle liaison ferroviaire supposée desservir le Tibet. Elle s’approchera aussi de la ligne de contrôle, frontière contestée avec l’Inde. Cette voie ferrée traversera le Tibet pour un coût de 39 milliards d’Euros.

C’est le président chinois Xi Jinping, en personne, qui a annoncé ce nouveau projet au cœur de l’Himalaya. C’est le second projet ferroviaire d’envergure au Tibet après la fameuse ligne Qinghai-Tibet. Cette dernière, inaugurée en 2006, reliait pour la première fois le Tibet au reste de la Chine. Les trains pouvaient alors arriver à Lhassa en provenance de Pékin, via Golmud sur le plateau tibétain. Près de 80% de la ligne se situe à plus de 4.000 mètres d’altitude. Elle atteint même les 5.068 mètres. Cette ligne reste considérée par des observateurs internationaux comme un outil de sinisation du Tibet. C’est aussi une infrastructure clé dans le développement du tourisme dans la province .

1.000 kilomètres de voie ferrée à travers les montagnes du Tibet

La logique est loin de s’inverser avec ce nouveau projet. Il devrait permettre de relier Chengdu (Sichuan) à Lhassa en passant par Nyingchi. Les deux extrémités de la ligne sont d’ores et déjà terminées : de Lhassa à Nyingchi et de Chengdu à Ya’an, dans la banlieue sud-ouest de la capitale du Sichuan. Mais le plus gros reste à faire, car les 1.000 kilomètres qui séparent Ya’an de Nyingchi font face à une immense barrière. Celle des montagnes himalayennes. Une zone fragile et active sismiquement, ce qui ne simplifie pas la mise en œuvre d’un tel chantier. Au-delà d’un nouveau moyen de relier la Chine au Tibet, et d’intégrer encore un peu plus cette région autonome dans la culture chinoise, cette nouvelle ligne s’approche très clairement de la frontière avec l’Inde.

Lire aussi : Une semaine en train dans les Alpes, de Chamonix à Saint Moritz

La frontière est si proche, trop pour certains…

En plusieurs endroits, les rails ne seront séparés de la frontière que par quelques kilomètres. Cette ligne de démarcation entre les deux pays n’est pas acceptée par les deux parties. La Chine considère que la région indienne de l’Arunachal Pradesh n’est autre que le Sud du Tibet. Et pense à ce titre qu’elle devrait être incorporée au territoire chinois.

En plus de la ligne, la construction d’une vingtaine de gares va débuter. Les trains circuleront sur cet axe à une vitesse comprise entre 120 et 200 kilomètres, précise The Times of India (lien en anglais). Un projet censé coûter quelques 39 milliards d’Euros.

Illustrations de la première ligne reliant Golmud à Lhassa © Jan Reurink, FlickR CC BY SA-2.0

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *