neige sale himalaya

La neige sale ou la fonte des glaciers de l’Himalaya

Au Népal, de la poussière et de la suie sont portés par les vents et se déposent sur les glaciers. Cette surface ainsi noircie n’est plus aussi réfléchissante et les rayons du soleil la réchauffe plus vite qu’ailleurs. Le phénomène s’ajoute aux effets déjà palpables de l’élévation moyenne du niveau des températures occasionnée par les bouleversements climatiques.

Si on se promène dans les rues de Katmandou, on ne sera pas surpris de voir nombre de passants se déplacer masqués. Au-delà de l’épisode du covid qui a marqué les Népalais, cette habitude est bien plus ancienne. Les habitants ne se protègent pas des virus mais bien de la poussière et des microparticules issues des pots d’échappements… Ces particules en suspension dans l’air sont omniprésentes et cet air sale favorise de nombreuses maladies notamment pulmonaires. On estime que l’espérance de vie des Népalais est en moyenne amputée de 2 ans à cause de la qualité de l’air.

Les vents apportent la pollution jusqu’aux glaciers de l’Himalaya

Mais si le Népal a sa part de responsabilité dans ce phénomène, avec une importante consommation de gaz fossiles, il n’est que partiellement responsable de ce qui lui arrive. Car près de 9 mois par an, les vents dominants proviennent de l’ouest. Ils soufflent depuis la péninsule arabique jusqu’au Népal en survolant l’Inde. Chargés en sables d’Arabie, les vents traversent le Pakistan et l’Inde en emportant sur leur passage des tonnes de microparticules carbonées. Quand bien même les Népalais cesseraient d’émettre une quelconque pollution, les vents dominants continueraient de leur apporter celle émise – à grande échelle – par leurs voisins. Sans action sur l’ensemble de ces phénomènes, les glaces himalayennes auront disparu aux deux tiers avant la fin de ce siècle, préviennent les scientifiques.

Le Nepalitimes nous rappelle que des études ont démontré que le noircissement des glaciers occasionnait environ 20% de leur fonte. Le réchauffement du climat reste le premier facteur de fonte. Et la région se réchauffe en moyenne bien plus vite que le reste du monde. Le recul massif des glaciers de l’Himalaya n’est pas seulement une question de transformation des paysages. C’est surtout une immense réserve d’eau douce qui se réduit. Un château d’eau naturel qui alimente pourtant près d’1,5 milliards d’habitants du continent asiatique.

Illustrations – Moraine du glacier du Khumbu, région de l’Everest, Népal © Pixabay

4/5 - (4 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.