réintroduction loup

2020 : le loup fête les 25 ans de sa réintroduction !

En France, le prédateur serait discrètement revenu depuis l’Italie, faisant fi des frontières. Dès les années 1980, le loup a fait quelques apparitions dans certaines régions de France. Dix ans plus tard, il a commencé à s’installer plus durablement. Aujourd’hui, la population dépasse les 500 spécimens et semble toujours en croissance.

41 loups réintroduits dans le Yellowstone

Dans l’Ouest américain, l’approche a été bien différente. Il y a tout juste 25 ans, en janvier 1995, le premier camion avec des loups à son bord est arrivé dans le Parc du Yellowstone. Les animaux, capturés au Canada, ont été lâchés en liberté deux mois plus tard. A cette époque, les spécialistes craignaient qu’ils ne rentrent chez eux, au Canada. Mais ils sont restés. Dès le début, les habitants étaient partagés. Nombreux étaient ceux qui craignaient les attaques sur le bétail ou la diminution des populations de cervidés. Les chiffres ne semblent pas avoir donné raison à ces craintes initiales.

Lire aussi : Les grizzys du Yellowstone sauvés !

En 2015, les autorités (USDA) chiffraient les pertes de bétail par attaque de loups à 10.165. Rapportées à la population totale du pays, le pourcentage est proche de 0. Avant de comparer à l’Europe, il faut comprendre les très grands espaces nord-américains et le fait que les zones les plus peuplées en loup ne sont pas forcément celles où la présence de bétail est la plus forte. Le pourcentage grimpe si on se focalise sur les Etats où les loups sont nombreux (comme dans les Rocheuses), mais il reste sous la barre des 0,1% par an.  

Le loup n’est plus en danger et peut être chassé

Sur la quarantaine de spécimens relâchés au départ, ce sont désormais quelques 100 loups qui vivent dans ou à proximité du parc. Répartis en 8 meutes. Un tout petit contingent sur les quelques 2.000 bêtes estimées dans l’ensemble des Rocheuses Américaines. Depuis 2011, la croissance de la population a permis le retrait de l’animal de la liste des espèces en danger dans les Etats de la région. Les chasseurs peuvent désormais – en dehors des limites du parc et dans les règles établies par chaque Etat – abattre ces prédateurs. En parallèle, une nouvelle économie s’est développée. Les visiteurs en quête de loups sont plus nombreux et les retombées touristiques générées par le prédateur ont augmenté, bien que difficile à chiffrer.

Ci-dessous, une meute de loups du Yellowstone chassant un Wapiti (images National Geographic).

Et plus au Sud, dans le Colorado ?

Désormais, il serait question de réintroduction dans le Colorado, seul état dépourvu de loups dans l’ensemble des Rocheuses. Les oppositions se font entendre, expliquant notamment que les loups sont des vecteurs de maladie, entrent en conflit avec les humains et font courir un grand danger aux enfants (en anglais). La bataille est désormais politique, un référendum devrait donner la parole aux citoyens cette année pour une réintroduction possible en 2023.

Lire aussi : En 25 ans, les truites du Yellowstone ont bouleversé un écosystème entier !

 

Illustration © Ronan Donovan – NPS

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *