L’American Alpine Journal détaille l’hivernale Revol/Mackiewicz au Nanga Parbat

C’est Lindsay Griffin qui livre ce rapport détaillé de l’ascension réalisée en janvier dernier par Elisabeth Revol et Tomek Mackiewicz sur le Nanga Parbat. Deuxième hivernale de l’histoire de cette montagne du Pakistan, elle a été réalisée par une voie nouvelle. « Le duo a réalisé la première ascension de la face nord ouest jusqu’au sommet » explique Griffin, s’appuyant sur les données transmises par Elisabeth Revol et recueillies auprès de Rodolphe Popier (Himalayan Database), Eric Vola, Kyrzsztof Wielicki, Piotr Packowski, et Muhammad Khalil Dar.

Lire sur l’American Alpine Club : Nanga Parbat – second winter ascent

Elisabeth Revol a écrit son nom dans l’histoire de l’alpinisme

En réalisant cette ascension, Elisabeth Revol est bien devenue « la deuxième femme de l’histoire à gravir un 8.000 en hiver, après la Suissesse Marianne Chapuisat, qui gravit le Cho Oyu le 10 février 1993 ». Griffin rappelle également toutes les tentatives de 1991 à 2015 qui n’avaient pas permis d’ouvrir cette nouvelle voie.

Elle donne aussi des détails sur l’arrivée au sommet et le début du drame. Quand Tomek Mackiewicz est arrivé au sommet « il a avoué de pas voir la frontale de Revol, et que elle-même lui apparaissait floue ». Ces problèmes de vision pouvaient venir « de Tomek qui avait négligé de porter ses lunettes dans la brume » ou des prémisses d’un « œdème cérébral ». Dans le début de la descente, alors que le Polonais s’appuyait sur la Française, il prit « 4 comprimés de dexaméthasone », ce traitement atténuant les effets de l’œdème. Ce traitement de fortune « sembla améliorer son état pendant un moment ». Arrivés à 7.280 mètres, Tomek était trop fatigué pour continuer.

Le lendemain matin, avant de se lancer seule dans la descente en direction des secours, Elisabeth Revol « tailla des marches jusqu’à l’entrée de la crevasse pour que Tomek puisse s’en extraire ». A ce moment, elle était encore persuadée que des secours pourraient venir le chercher.

La suite, on la connaît. Les Polonais du K2 retrouvèrent Revol et l’aidèrent à regagner le camp de base. Quant à Mackiewicz, la détérioration de la météo ne put permettre de s’aventurer jusqu’à lui.

Lire aussi : Les secours auraient-ils pu sauver Tomek Mackiewicz ?

Illustration © Adeel Anwer

L’American Alpine Journal détaille l’hivernale Revol/Mackiewicz au Nanga Parbat
4.7 (93.33%) 6 votes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here