Le Tibet renforce les règles d’accès aux sommets de 8.000 mètres

Il y a quelques jours, Stefan Nestler détaillait les nouvelles règles supposées s’appliquer dès 2019 sur les plus hauts sommets du Tibet. Objectif de ces régulations : « assurer un développement ordonné et sain de l’alpinisme, et minimiser l’occurrence d’accidents ». La première règle édictée signifiait la fin des expéditions organisées par des agences népalaises sur le sol tibétain. Face à la levée de bouclier des plus grandes agences, la règle semble s’être adoucie. Désormais, une sélection de compagnies népalaises (« celles qui ont la meilleure réputation, le meilleur système de formation pour leurs équipes, un service fiable… ») pourra continuer à travailler au Tibet.

Une caution pour l’organisation des secours

Parmi les autres règles, l’obligation pour chaque ascensionniste d’être accompagné par un sherpa. Le ratio un client – un sherpa n’est pas toujours appliqué par toutes les agences, ce sera désormais une obligation. Une taxe de collecte de déchets sera également portée à 1.500 USD (environ 1.320 €) sur l’Everest, un peu moins cher sur les autres 8.000. Une caution de 5.000 USD par expédition devra être avancée pour couvrir d’éventuels frais de secours. Ces derniers s’organisent : un opérateur local positionnera dans les Camps de Bases avancés plusieurs sauveteurs. La caution sera restituée si aucun sauvetage n’a été nécessaire.

Tous les 8.000 du Tibet sont aujourd’hui accessibles aux expéditions commerciales. Ils partagent tous le sommet avec un autre pays (Népal…), à l’exception du Shishapangma qui est situé 100% sur le territoire tibétain.

Lire aussi : Ascension de l’Everest, le versant tibétain se développe

Le Tibet renforce les règles d’accès aux sommets de 8.000 mètres
4.2 (84%) 5 votes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here