Expéditions Printemps 2019 : fenêtre météo trop courte à l’Everest

La fenêtre météo va se refermer à l’Everest et les itinéraires ne sont pas encore équipés jusqu’au sommet. Rares sont les grimpeurs qui devraient se risquer au sommet cette semaine. Dans le même temps, Nims Dai se bat contre le Dhaulagiri. Au Langtang Lirung, Bielecki et Berg semblent avoir jeté l’éponge. Sergi Mingote, lui, marche vers le sommet du Lhotse. Caroline Gleich raconte sa préparation.

Les cordes fixes peinent à arriver au sommet de l’Everest

Alors que les jet-streams se sont calmés à plus de 7.000 mètres sur l’Everest, la fenêtre météo semble décidemment trop courte pour bon nombre d’expéditions. Les prévisionnistes annonce le retour du vent pour mercredi et plusieurs expéditions ont renoncé à faire monter leurs clients dans des conditions trop dangereuses. Des guides expérimentés et des sherpas ont en route vers le sommet pour terminer l’équipement en cordes fixes mais rares sont les clients à espérer un sommet cette semaine. Aujourd’hui, les cordes fixes sont arrivées sur le « Balcon », à mi-chemin entre le Col Sud (environ 8.000m) et le sommet (8.848m). Demain, les « fixeurs » devraient arriver au sommet. Quelques clients pourraient les suivre pour atteindre la cime de l’Everest dans la foulée. Généralement, les « fixeurs » demandent aux expéditions d’attendre le lendemain pour grimper à leur suite. Sinon, ils doivent en permanence faire attention à ce qui se passe derrière eux (ne pas déclencher de chutes de pierre, etc…). Une telle situation risque donc de les ralentir.

Sur le versant tibétain, les cordes ne sont pas encore au sommet non plus.

Nims Dai se bat contre la montre et contre la montagne

Au Dhaulagiri, Nims Dai a donné signe de vie. Avec la vidéo ci-dessous, il nous donne une idée des conditions dans lesquelles il lutte avec les éléments. Rien n’indique s’il est arrivé au sommet. Tout porte à croire que ce n’est pas encore le cas. Pour autant, il espère être au Kangchenjunga jeudi (le troisième sommet du sa liste). Si c’est le cas, il doit impérativement redescendre du Dhaulagiri, sommet ou pas. Sinon, impossible d’imaginer réussir le Kangchenjunga dans la foulée. Ce troisième sommet est situé dans une autre région du Népal, à la frontière avec l’Inde.

Vitesse et conditions optimales de sécurité ne font pas toujours bon ménage en haute montagne. Nims Dai est très expérimenté mais prend de gros risques. « Tout est calcul de délais, évaluation des risques et leadership sur le terrain. Abandonner n’est pas une option pour mon équipe ou pour moi, ce n’est pas dans notre ADN ! » explique l’ex-Gurkhas qui cherche à gravir les 14 sommets de plus de 8.000 mètres en seulement 7 mois. A ce stade, il a « validé » le sommet de l’Annapurna fin avril.

Bielecki et Berg : Demi-tour au Langtang Lirung !

Au Langtang Lirung, le tracker d’Adam Bielecki fait état d’un demi-tour. Il semble donc que le Polonais et son acolyte Felix Berg aient pris la décision de redescendre. Ils n’ont pas dû rencontrer des conditions optimales leur permettant d’atteindre le sommet dans des délais raisonnables. Il y a quelques jours, ils expliquaient que cette tentative était la dernière avant de revenir à leur objectif principal sur l’Annapurna. Cette escapade sur le Langtang Lirung n’était qu’une ascension d’acclimatation. Mais contrairement aux expéditions traditionnelles qui se préparent sur un terrain plutôt facile, ils avaient choisi un sommet assez technique, très rarement gravi.

Lire aussi : Bielecki et Berg, le temps défile et on est bloqués !

Caroline Gleich nous parle de sa préparation

Avant son arrivée au Tibet, Caroline Gleich avait préparé son organisme dans une tente hypoxique. Photos et détails postés aujourd’hui. Faute de pouvoir grimper à cause de la météo, elle nous tient en haleine en nous racontant sa préparation.

Voir cette publication sur Instagram

@rob.lea and I have spent most of the past six weeks above 17,000’ (5,181m). The first few weeks of the altitude were simulated in our @hypoxico altitude training tent. We’ve also spent one third of our last year sleeping in the tent, first training for Cho Oyu, and then for Everest/Chomolungma. Needless to say, we are feeling really good at 17,000’ and are getting ready to move up when a good summit weather window presents itself! Also, I wanted to remind you that you don’t need to be a woman to advocate for gender equality. We need all hands on deck! We would love if it you’d support our climb and women’s leadership by using the hashtag #climbforequality Photo: @louisarevalo

Une publication partagée par Caroline Gleich (@carolinegleich) le

Illustration fenêtre météo © Mountain Forecast

Expéditions Printemps 2019 : fenêtre météo trop courte à l’Everest
4.5 (90%) 4 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here