Expéditions Eté 2019 : les expéditions démarrent au Karakoram (Pakistan)

Alors que Sergi Mingote vise les deux Gasherbrum, Denis Urubko et Pipi Cardell ne devraient plus tarder à le rejoindre. Ces derniers se dirigent vers une nouvelle voie sur le Gasherbrum II. Dans le même temps, Simon Messner prépare une ascension de la Tour de Mustagh, Mike Horn démarre sa marche d’approche et un trio de skieurs russo-italien fait face au mauvais temps au Nanga Parbat. Stefi Troguet se dirige vers le camp de base du Nanga, depuis Chilas.

Sergi Mingote met le cap sur les Gasherbrum I et II

Sergi Mingote avait abandonné son ascension de l’Everest sans oxygène, son état de santé étant trop incertain. C’était il y a quelques semaines, il redescendait tout juste du Lhotse. Mais son projet de gravir six sommets de 8.000 mètres en une année n’est pas encore compromis. L’Espagnol est en partance pour le Pakistan où il pourrait bien gravir les Gasherbrum I et II pour finir son projet. Ce dernier avait débuté l’été dernier avec l’ascension du K2 et du Broadpeak. A l’automne, il avait réussi le Manaslu avant ce printemps et son ascension du Lhotse. Un enchaînement rapide de sommets, sans oxygène, tout à fait inédit. Après sa réussite sur le K2 ou le Lhotse, les deux Gasherbrum sont clairement à sa portée. Ces sommets respectivement de 8.080m et de 8.035m sont situés dans la région du Baltoro, à proximité du K2 et du Broadpeak.

MISE A JOUR 16/06/19 : Mingote pourrait également gravir le Nanga Parbat. La présence d’Ali Sadpara sur ce dernier aurait fini de le décidé. Alors, trois sommets pour Mingote ? A suivre…

Simon Messner en Himalaya

Mystères autour du projet de Simon Messner. Le fils de Reinhold a annoncé son départ pour le Pakistan pour deux mois d’expédition.  Nous l’avions suivi au Tarke Kang à l’automne 2017 ; sa saison dans le Karakoram devrait se dérouler en deux volets : un premier inconnu à ce stade, puis une seconde partie à la Tour de Mustagh notamment aux côtés de Philipp Brugger.  Ce sommet culmine à 7.276 mètres à proximité du Baltoro.

Mike Horn démarre son trek d’approche

Tout projet d’ascension du K2 qui se respecte commence par la marche d’approche dans la vallée du Baltoro, d’Askole jusqu’au camp de base. Une semaine de trekking en partie sur glacier, seul moyen de pénétrer au cœur de la région du K2. Derniers préparatifs à Skardu ces derniers jours, voir photos ci-dessous.

Free-ride dans la zone de la mort

Les russes Vitaly Lazo et Anton Pugovkin, avec l’Italien Carlaberto Cimenti progressent sur le Nanga Parbat. Ils avaient rapidement atteint le Camp 1 mais ont finalement fait demi-tour, en raison du mauvais temps. « Après toute une journée de neige, des avalanches commencent à se déclencher partout, j’entends les rugissements tout autour de la tente » témoigne Cimenti. Ils souhaitent tous trois gravir le Nanga pour le redescendre à skis !

Le trio ne sera pas seul sur le Nanga Parbat cet été, les skis sur le sac à dos. Les Français Tiphaine Duperier et Boris Langenstein sont aussi de la partie. Le duo vient de s’acclimater sur le Spantik de fort belle manière. Ils ont réalisé ce qui pourrait être la première descente à skis de ce sommet de 7.027m. Déjà l’an dernier, ils avaient skié le Laila Peak, un 6.000 de la région.

Illustration 2019 Karakoram © C.Cimenti

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here