montagne altitude default

Le Népal propose des règles plus strictes pour accéder à l’Everest

 Attaqué au printemps dernier pour son incapacité à réguler les ascensions de l’Everest et ses « nombreuses » victimes, le gouvernement népalais avait tout d’abord feint d’être responsable. En août dernier, le ministre du tourisme a néanmoins fait des propositions concrètes pour « sécuriser les expéditions ». De nouvelles règles qui pourraient être appliquées dès le printemps prochain si le parlement népalais en vote la mise en œuvre.

Une expérience antérieure obligatoire

La première règlementation est d’obliger les prétendants à l’Everest à une première expérience au-dessus de 6.500 mètres d’altitude, au Népal. Le Mera Peak ou l’Island Peak, deux sommets entre 6.000 et 6.500 mètres, très prisés par les compagnies de trekking au Népal (pour leur facilité d’accès) ne pourront donc pas être considérés comme suffisants. Pour obtenir le précieux permis d’ascension du toit du monde, il faudra donc prouver une ascension au-dessus de cette altitude, certificat à l’appui.

Lire aussi : le Tibet renforce les règles d’accès aux sommets de plus de 8.000 mètres

Un montant minimal dépensé

Il faudra également que les grimpeurs démontrent que le coût de leur expédition est supérieur à 35.000 dollars. L’idée étant d’éviter que les alpinistes se fassent avoir par des compagnies qui font trop d’économie sur la sécurité. Ces dernières pourraient également se voir interdire d’exister sur l’Everest sans une expérience préalable de trois ans à opérer des expéditions à plus basse altitude.

Quant à l’état de santé des membres des expéditions, il pourrait être testé au camp de base. Cela nécessiterait cependant une logistique complexe. Aujourd’hui, obtenir un permis d’ascension nécessite de fournir un certificat médical. Le Département du Tourisme népalais n’ayant pas les moyens de vérifier leur contenu ou leur véracité. Cité par le New York Times, Ang Tshering Sherpa – ancien président de l’association népalaise d’alpinisme – constatait que le gouvernement allait dans la bonne direction. Mais que c’était du côté de l’application de ces nouvelles règles que le Népal allait avoir des difficultés.  

Illustration  © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *