Voici à quoi ressemblent les crevasses du glacier de l’Everest !

A quoi ressemblent les crevasses du Glacier de l’Everest ? Quel est ce passage obligé des alpinistes prétendants au toit du monde ?

Si ce glacier est souvent surnommé la Cascade de Glace, ce n’est pas pour rien. Il est en perpétuel mouvement. Depuis le camp de base, on peut l’entendre vivre, écouter ses craquements. Effondrements de séracs, avalanches, ce glacier est loin d’être de tout repos. C’est pourtant le passage obligé de la plupart des alpinistes qui tentent l’ascension de l’Everest par le versant népalais. L’une des zones objectivement les plus dangereuses de toute l’ascension, alors même que l’altitude est encore relativement « modeste ».

Pour permettre aux grimpeurs de traverser ce glacier, une équipes de sherpas experts – les icefall doctors – équipent l’itinéraire de la saison de cordes, d’échelles (plusieurs dizaines chaque printemps). Et à chaque saison, il faut recommencer le travail. Les mouvements du glacier rebattent les cartes, l’itinéraire est toujours différent.

Lire aussi : Icefall doctors, 4 ans de salaire en 2 mois

Un travail à sans cesse recommencer !

Les icefall doctors sont donc les premiers à s’aventurer sur les pentes de l’Everest chaque saison. Ce sont eux qui passent devant pour trouver une issue au labyrinthe, au dédale que constitue le glacier. Si les images de grimpeurs en équilibre sur des échelles suspendues sur des crevasses béantes sont monnaie courante, ce film va plus loin. On y découvre l’immensité, on y comprend la difficulté et le temps nécessaire pour parcourir ce qui à vol d’oiseau ne fait guère plus de 3 kilomètres.

Même au cours d’une même saison, les sherpas doivent être vigilants. Après une période de mauvais temps ou un fort mouvement du glacier, ils reprennent leur travail. Ils repartent en tête pour rouvrir la route qui se referme en quelques minutes seulement.

Illustration crevasses Everest © Mountain Ram Adventures

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here