Nims Dai entre dans l’histoire en gravissant le dernier 8.000 de son défi !

Son aventure nous aura tenus en haleine pendant un peu plus de 6 mois. Depuis avril dernier, nous suivons, semaine après semaine, les tribulations de ce Népalais aux ambitions bien particulières. Cet ancien Gurkha, membre des forces spéciales britanniques, n’a pas quitté son job de militaire pour une paisible retraite. Devenu patron d’une agence d’expédition, Nirmal Purja alias Nims Dai a voulu mener un projet ambitieux dans l’univers des 8.000, ces sommets les plus hauts du monde.

Pourquoi ne pas tous les grimper en un temps record ? Parce que c’est impossible ? Que neni, Nims Dai en fait son Motto. Ce défi en portera le nom : « Project Possible ». Ce que l’on pense impossible est évidemment réalisable. Et il cite son exemple pour se convaincre que c’est une évidence. Quelles sont les chances d’un petit garçon né dans les campagnes reculées du Népal de devenir un membre d’une unité d’élite de l’armée britannique ? Elles sont quasi-nulles. Et pourtant. Quand son défi a été lancé en avril dernier, peu de gens croyaient à sa réussite potentielle.

Dernier sommet le 29 octobre !

Et puis, au fil des jours et des semaines, il a gravi les 8.000 les uns après les autres. Jusqu’à ce petit matin du 29 octobre 2019, où il a mit un terme à un peu plus de 6 mois de course contre la montre. En gravissant le Shishapangma (Tibet), c’est le 14ème sommet de plus de 8.000 mètres que Nims réussissait en quelques mois. Et ça tombe bien, sur Terre : il y en a 14 en tout ! « Mission achevée » pouvait-on lire sur son compte Twitter ce matin ! En un peu plus de 6 mois, là où le chrono précédent dépassait les… 7 ans !

Depuis l’Annapurna fin avril dernier jusqu’à aujourd’hui, il aura gravit quelques-uns des plus redoutables sommets de l’Himalaya. Et si les difficultés auront été nombreuses sur la montagne, c’est aussi à son pied qu’il aura dû se battre pour avancer. Entre les partenaires et sponsors qui ne s’intéressaient pas à lui, les autorités chinoises qui ne voulaient pas autoriser l’accès à leur sommet, tous les alpinistes qui lui disaient que le K2 ne pourrait être gravi cette saison… les embûches étaient nombreuses. Mais Nims Dai a tenu le cap. Celui de réussir son projet ! Il a convaincu les sponsors, les autorités chinoises, il est parvenu à grimper sur les montagnes les plus difficiles de la saison. On se souvient notamment du K2 cet été, des embouteillages à l’Everest ou du mauvais temps au Dhaulagiri au printemps dernier. Et des sauvetages réalisés, au passage, par le Népalais et son équipe.

Et il n’en restera probablement pas là, il parle déjà d’un tour par le K2 en hiver…

Bilan des ascensions…

  • Annapurna, 8091m , Népal : 23/4/2019
  • Dhaulagiri, 8167m, Népal : 12/5/2019
  • Kangchenjunga, 8586m, Népal : 15/5/2019
  • Everest, 8848m, Népal : 22/5/2019
  • Lhotse, 8516m, Népal : 22/5/2019
  • Makalu, 8481m, Népal : 24/5/2019
  • Nanga Parbat, 8126m, Pakistan : 3/7/2019
  • G1, 8010m, Pakistan : 15/7/2019
  • G2, 8035m, Pakistan : 18/7/2019
  • K2, 8611m, Pakistan : 24/7/2019
  • Broad Peak, 8051m, Pakistan : 26/7/2019
  • Cho Oyu, 8201m, Tibet : 23/9/2019
  • Manaslu, 8156m, Népal : 27/9/2019
  • Shishapangma, 8013m, Tibet : 29/10/2019

Illustration © Nims Dai Twitter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here