tente extrême

A quoi ressemblent les tentes utilisées par les alpinistes du K2 ?

Ce n’est pas la dernière tente Décathlon, idéale pour votre escapade estivale en camping, que l’on retrouve sur le K2. Au camp de base, et dans les camps d’altitude, les tentes utilisées sont des modèles capables de faire face à des conditions extrêmes. Parmi les fabricants qui se démarquent sur ce marché : Samaya, une marque française !

Depuis 2018, Samaya, une société basée à Annecy développe des tentes extraordinaires. Son crédo : des tentes à la « pointe de la technicité, empreinte de modernité et d’élégance ». Derrière le mot népalais devenu une marque, il y a l’idée d’un moment fort, d’une expérience unique. La marque propose donc des « des produits au service de moments forts et d’expériences polysensorielles que l’on souhaite inscrire verticalement sur la frise du temps ». Et pour rendre une expédition ou un bivouac inoubliable, le seul marketing et ses phrases bien tournées n’est pas suffisant. La dose de recherche et développement indispensable à chaque nouveau modèle se transforme en une kyrielle d’innovations au bénéfice des alpinistes.

Le dernier modèle et ses mensurations extraordinaires

Prenons un des derniers modèles, l’Assaut 2 Ultra, récemment primée aux ISPO Awards 2021 (une référence dans l’industrie de l’outdoor). Son poids est un atout considérable, moins d’1 kg. Autant dire trois fois rien, bien loin de la plupart des tentes du marché. Mais ce poids plume n’obère en rien la solidité. L’utilisation d’une membrane « hi-tech » conçue avec Dyneema garantit la respirabilité, l’imperméabilité mais une résistance maximale. Sans parler des arceaux en carbone et des différents systèmes d’ancrage permettant de sécuriser la tente en conditions extrêmes ainsi que ses occupants. Une haute technologie qui a un prix. La tente évoquée est aujourd’hui proposée à 1.600 Euros pièce.

S’agissant de tester une telle Rolls Royce de la tente d’alpinisme, ce sont des athlètes de haut niveau qui s’en chargent directement sur les terrains les plus exigeants, aux quatre coins du monde. Cet automne, Symon Welfringer et Pierrick Fine réalisaient une ascension hors-norme sur le Sani Pakkush, avec une tente sortie des bureaux d’étude annéciens.

Au camp de base du K2 : TNF, Kailas et… Samaya !

Au camp de base du K2, ce sont les dômes jaunes de la marque américaine The North Face et plus encore de la chinoise Kailas qui dominent. Mais à y regarder de plus près, on trouve des tentes portant l’hexagone caractéristique de la marque française. Sergi Mingote était notamment équipé d’une telle tente.

Si les produits chinois inondent le marché népalais et que Seven Summit Treks ne fait pas exception, la tente 2 places Kailas est loin de rivaliser avec les performances de la Française. L’aluminium remplace le carbone sur les arceaux, et le poids approche des 4 kilos. Une différence majeure s’agissant de grimper léger. Quant aux performances d’imperméabilité, elles sont également sans commune mesure. Des différences majeures qui se répercutent sur le prix, la tente en question ne dépasse pas 900 Euros.

Illustrations – une tente Samaya sur le Sani Pakkush © Samaya – Welfringer/Fine

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *