montagne altitude default

De retour du K2 : Magdalena confrontée au pire mais pas seulement !

A son retour en Pologne, Magdalena Gorzkowska a été interviewée par le média Onet. Dans cet entretien, l’ex-championne d’athlétisme raconte son expédition au K2. Sur place, elle a été confrontée au pire, mais pas seulement.

Quelques semaines après le début de l’expédition, c’est sur la partie basse de la voie des Abruzzes que Magda fait face à un premier évènement tragique. Elle voit l’alpiniste Sergi Mingote terminer sa chute à quelques centaines de mètres d’elle. Ses « blessures étaient énormes », on « lui disait de respirer, de rester avec nous ». Au bout de 90 minutes pourtant « il a cessé de respirer ». C’était la première victime de cette saison au K2.

Magdalena, malade au K2 !

Lors de sa dernière montée, après des jours de maladie, elle perd sa frontale et ne doit son salut qu’à la lumière de son téléphone portable. C’est comme çà qu’elle a réussi à atteindre le Camp 1. « Heureusement, nous étions à 50 mètres de dénivelé sous le Camp 1 » précise Oswald Rodrigo Peirera, son compagnon de cordée. Mais le demi-tour était une évidence, Magdalena était loin d’être guérie. Le « lendemain matin, je me sentais mal. J’avais des crampes, je ne pouvais rien manger. J’ai vomi de douleur. Je savais que je devais descendre ». Elle ne comprend toujours pas comment elle a pu être autant malade. Dans une autre interview, elle expliquait que sa maladie lui avait vraisemblablement sauvé la vie  !

Lire l’ensemble de l’interview (lien en polonais)

La réalité du K2, bien au-delà de la théorie

« Je savais à quoi m’attendre, je m’étais préparée. Mais la réalité, les sensations du K2 en hiver, c’est une toute autre histoire. (…) Vous ne pouvez pas le décrire, vous devez l’expérimenter ». Elle évoque les dangers permanents, l’impossibilité de se reposer, le froid… Mais cette aventure est loin d’avoir fait passer à Magdalena l’envie d’expérimenter la très haute altitude en hiver. Pourquoi pas un projet au Népal en hiver se dit-elle… Elle comprend certaines critiques qu’elle reçoit et elle y répond avec beaucoup de recul. « Je sais bien que je ne change pas le monde mais c’est ma passion et j’adore çà ».

Illustrations © DR

  

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *