montagne altitude default

Deux jours de sursis à l’Everest après le passage du cyclone !

Les sherpas qui maintiennent l’itinéraire de la cascade de glace ouvert ont accepté de décaler sa fermeture. Ils devraient donc conserver un accès possible deux jours plus tard que prévu. Initialement planifiée le 29, la fermeture de l’itinéraire ne devrait intervenir que le 31.

Vent et chutes de neige sont encore aujourd’hui d’actualité sur l’Everest. Impacts collatéraux d’un nouveau cyclone qui s’est développé dans le Golfe du Bengale. Il y a quelques heures, des grimpeurs luttaient face aux éléments pour regagner les camps inférieurs. Mais dans quelques heures, ces effets pourraient se dissiper et une dernière fenêtre météo faire son apparition.

Everest : plusieurs équipes attendent le passage du cyclone !

Le Français Pascal Denoël, qui espère toujours pouvoir tenter son ascension sans oxygène, fait partie de ceux qui comptent sur ces deux jours supplémentaires. L’équipe de Nims Dai attend également ces derniers jours de mai. Ils pourraient permettre de laisser une dernière vague de grimpeurs atteindre le sommet. Le duo Kilian Jornet – David Goettler pourrait aussi profiter de ce créneau. Ci-dessous, quelques images des deux alpinistes professionnels lors d’une journée d’acclimatation. En une seule journée, ils sont partis de leur lodge à Pheriche, situé à un peu plus de 4.300 mètres d’altitude et ils ont rejoint le pied de la face du Lhotse, entre les camps 2 et 3, près de 2.500 mètres plus haut. Ils étaient « de retour pour le diner » à Pheriche. Le tout, en petites foulées ?

Cascade de glace : la fermeture de l’itinéraire ?

Traverser le glacier du Khumbu pour rejoindre les camps d’altitude depuis le camp de base est une entreprise périlleuse. La « cascade de glace » (l’autre nom de ce glacier) est en perpétuel mouvement. Si bien que l’itinéraire peut varier. Les icefall-doctors, ces sherpas spécialisés, réparent quotidiennement cette section du parcours vers le sommet. Ils maintiennent les cordes fixes en place, les éventuelles échelles pour passer des obstacles importants, comme des crevasses.

Fermer l’itinéraire ne signifie donc pas installer une grande barrière à la sortie du camp de base. C’est simplement les sherpas qui vont démonter tout leur matériel. Dès lors, traverser ce glacier deviendra beaucoup plus long et dangereux, voire impossible pour nombre de grimpeurs actuellement présents au camp de base et ne disposant pas du niveau d’alpinisme requis. Pour les opérateurs d’expéditions commerciales, il n’y a aucune hésitation, dès que la cascade de glace n’est plus équipée, c’est la fin de la saison.

Lire aussi : Un quatrième mort sur l’Everest ce printemps

Illustration © DR

4.4/5 - (11 votes)

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.