Tengkampoche

Ils ouvrent une nouvelle voie au Népal en « utilisant » le matériel laissé par d’autres !

Une première ascension du le Pilier Nord Est du Tengkampoche semble avoir fait couler plus d’encre que nécessaire. Les grimpeurs victorieux ayant utilisé du matériel laissé par les précédents prétendants au sommet qui comptaient bien revenir au printemps.

La saison des expéditions sur les 6.000 de l’Himalaya continue alors que les aventures à 8.000 sont d’ores et déjà terminées depuis longtemps. A ces altitudes, on retrouve plusieurs équipes d’alpinistes professionnels. C’est sur ces sommets que des Français ont réalisé plusieurs ouvertures avant qu’une partie de leur équipe ne soit emportée par une avalanche à la toute fin du mois d’octobre. Sur le Tengkampoche, c’est une cordée britannique qui a fait parler d’elle. Tom Livingstone et Matt Glenn ont ainsi gravi le Pilier Nord Est. Une voie que personne n’avait réussi à ouvrir jusqu’alors. Quelques 1.400 mètres d’une ascension qui aura pris 7 jours aux deux grimpeurs.

Tengkampoche : ils grimpent en utilisant le matériel des autres

S’ils ont été les premiers à réussir, ils n’étaient pas les premiers à avoir essayé. Quentin Roberts et Jesse Huey avaient déjà tenté leur chance, sans succès. Ils comptaient bien revenir et avaient à ce titre laissé du matériel et des vivres sur l’itinéraire. Les deux Britanniques victorieux auraient en partie utilisé ce que Roberts et Huey avaient laissé dans la voie. Après de vifs échanges par réseaux sociaux interposés suite à la publication d’un premier article racontant cette histoire de matériel réutilisé. Un article dans lequel les uns « volent » et les autres sont « jaloux du succès » des premiers (lien en anglais). Quelques jours plus tard, et après que les principaux intéressés ont pris le temps d’échanger à tête reposée sur cette affaire, il semble bien que le scandale n’en soit pas un. Que les uns se sont peu ou prou excusés et que les autres ont digéré l’affaire.

Grimper et laisser du matériel pour plus tard ?

Cette histoire soulève néanmoins des questions relatives à l’éthique d’ascension. Peut-on laisser du matériel dans une voie pour y revenir l’année suivante et toujours considérer qu’il s’agit d’une ascension en style alpin (sans aide aucune) ? Peut-on déposer du matériel ou des vivres dans une voie lointaine alors que revenir est incertain et que de nombreuses initiatives tentent à l’inverse de nettoyer les montagnes de tous les déchets et restes du passage des grimpeurs ?

Pendant ce temps, une autre équipe (des Italiens) était dans le secteur, ouvrant deux nouvelles voies sur le Kongde Ri, avant d’enchaîner via l’arête Est avec le sommet de ce fameux Tengkampoche qui n’avait rarement vu autant de monde en si peu de temps.

Illustrations © Contributeurs Openstreemap

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *