sommets Caucase

Top 5 des sommets d’Europe plus hauts que le mont Blanc !

On croit parfois que le mont Blanc, sur les hauteurs de Chamonix, est la plus haute montagne d’Europe. Si ce fameux sommet est bien le point culminant d’Europe de l’Ouest ou même de l’Union Européenne, ce n’est pourtant pas le point le plus élevé du continent. Car ce dernier s’étire jusqu’au Grand Caucase, aux confins de la Russie « européenne ». Dans cette région, on trouve plusieurs montagnes majeures, dont la plus haute : l’Elbrouz. Top 5 de ces sommets d’Europe plus hauts que le mont Blanc, tous situés dans le Caucase !

1. L’Elbrouz, 5.642 mètres

C’est un volcan endormi dont la dernière éruption remonte à il y a environ 2.000 ans. L’altitude de l’Elbrouz en fait le point culminant du Caucase et d’Europe. C’est à ce titre qu’il attire nombre de grimpeurs désireux de gravir le point le plus haut du continent. On peut dépasser l’altitude de 3.800 mètres grâce à quelques remontées mécaniques qui équipent une petite station de ski. La principale difficulté de l’ascension par la voie normale réside dans l’altitude élevée du parcours. Avec un sommet à plus de 5.600 mètres, les alpinistes sont nombreux à développer des symptômes du Mal Aigu des Montagnes. Ils sont aussi en partie responsables de la quantité de déchets que l’on trouve sur cette montagne. Un Parc National tente de protéger une partie de la région depuis le milieu des années 1980.

2. Le Dykhtau, 5.205 mètres

Protégé depuis les années 1970 au sein de la Réserve naturelle de haute montagne de Kabardino-Balkarie, le Dikhtau est moins fréquenté que son cousin l’Elbrouz. Il faut dire que son ascension est une autre paire de manches. La première remonte à 1888 quand Albert Mummery, accompagné par un guide suisse et un porteur tatar parviennent au sommet. Au pied de cette montagne, l’alpiniste britannique écrivait ces quelques lignes : « Il y a quelque chose dans les immenses sommets inviolés, surtout vus à la lumière du soleil déclinant, d’étrangement solennel. Les plaisanteries sont écartées comme une profanation, et l’on regarde les énormes falaises avec des sentiments étroitement apparentés à ceux avec lesquels le pèlerin du Moyen Age adorait les sanctuaires sacrés ». A lire gratuitement en version originale : « My Climbs in the Alps and Caucasus »

3. Le Chkhara, 5.193 mètres

Le mont Chkhara se situe à la frontière entre Russie et Géorgie, véritablement aux confins de l’Europe. Cette montagne a également été gravie pour la première fois par un Britannique et des guides alpins. Son altitude a longtemps fait débat, elle varie de 200 mètres en fonction des sources. La mesure de 5.193 mètres est probablement la plus fiable, réalisée en 2010 avec une technologie éprouvée. Le sommet n’est pas très fréquenté car son ascension est redoutable. A titre indicatif, dans leur système de cotation, les Russes notent la voie normale 5A, ce qui équivaut approximativement à un TD/ED (Très Difficile/Extrêmement Difficile) dans la cotation alpine. D’autres voies sont encore plus dures, sans compter l’éloignement, le manque d’infrastructures de secours et la très faible fréquentation qui ajoutent à l’engagement d’une telle course.

Lire aussi : D’où viennent les attractions « Montagnes Russes » ? Du Caucase, de l’Oural ?

4. Le Kochtan-Taou, 5.150 mètres

En fonction des mesures d’altitude du mont Chkhara, il peut se trouver en troisième position de ce classement. En 1889, la première ascension est réalisée par l’arête Sud. Mais c’est l’arête nord qui deviendra la « voie normale » après son ouverture en 1929 par une équipe composée de Willi Merkl, Fritz Bechtold et Walter Raech à la fin des années 1920. Avant la première ascension de 1889, une expédition britannique avait fait une tentative l’année précédente. Mais les quatre hommes : deux Britanniques et deux guides suisses de Meiringen, n’étaient jamais revenus.

5. Le Djangha, 5.051 mètres

Encore une fois, ce sont des Britanniques (aidés de guides suisses) qui ont réalisé la première ascension. Comme dans de nombreuses régions des Alpes et du Caucase. Là encore, dans la dernière partie du 19ème siècle.

Illustration – sommets du Caucase © DR

Top Addict

C'est le roi des classements ! Tous les Top 5 possibles et inimaginables ! C'est un peu toute la rédaction de Altitude.News qui se cache derrière ce drôle de nom ! Pour proposer de nouveaux classements : topaddict@altitude.news !

Voir tous les articles de Top Addict →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *