Tourist Search and Rescue Committee

Un blessé par hélicoptère et c’est réglé !

Dans la foulée du scandale qui a secoué le monde du tourisme népalais cet été, de nouvelles règles viennent d’être publiées par le gouvernement. Elles visent à limiter les risques de fraudes aux assurances. Dans un contexte où les assureurs occidentaux menaçaient de ne plus couvrir les voyageurs qui s’aventuraient au Népal.

Lire aussi : Arnaque à l’assurance au Népal, l’enquête avance !

Un nouveau comité de suivi : le Tourist Search and Rescue Committee

Désormais, les tour-operators, hôpitaux et compagnies d’hélicoptères devront déclarer toutes leurs activités concernant des touristes étrangers. Ces données individuelles seront transmises pour contrôles de cohérence à un comité fraîchement mis sur pied. Le « Tourist Search and Rescue Committee ».

Les évacuations héliportées ne pourront désormais concerner qu’un « malade » à la fois. Finis les vols remboursés par trois assurances au prétexte que trois blessés avaient partagé le même hélicoptère. Une nouvelle règle qui ne va pas limiter la consommation de kérosène dans le ciel népalais ! (Un accompagnant en pleine forme pourra cependant monter avec lui).

Des réflexions sont également en cours pour fixer un prix maximum pour l’heure de vol, aujourd’hui non réglementée et située par parmi les plus chères du monde. Les assureurs poussent dans cette direction en proposant que les vols de recours ne coûtent pas plus de 4.000 dollars.

Enfin, c’est désormais l’agence de trek ou d’expéditions qui a la charge de son client du début à la fin. Elle doit coordonner les secours et tout mettre en œuvre pour le retour du client chez lui dans de bonnes conditions. Il ne sera plus possible de confier son client à des intermédiaires, source selon les rapports du ministère de nombreux abus.

Début septembre, le ministère du Tourisme népalais a donc créé de nouvelles règles. Un grand classique dans un pays qui jusqu’alors peine souvent à faire appliquer les réglementations qu’il met en place. Voyons donc ce que ce « Tourist Search and Rescue Committee » fera pour s’assurer que de telles arnaques à l’assurance ne se reproduisent plus.

Lire aussi : la Cour Suprême népalaise supprime l’interdiction faite aux handicapés

Illustration © Iain Simpson

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *