Tom Hornbein

Qui se cache derrière le fameux couloir Hornbein à l’Everest ?

Le couloir Hornbein, en face nord du géant des cimes, l’Everest. Ce nom résonne dans le monde de l’himalayisme comme l’un des plus fameux couloirs. Un tracé très vertical, parfois à 60°, qui se termine sous le sommet le plus haut de la planète. Mais derrière le nom, il y a un personnage. Thomas Frederick Hornbein. Le premier à être passé par là un jour du printemps 1963. Un jeune médecin anesthésiste épris de montagne qui faisait partie de l’expédition américaine à l’Everest au début des années 1960. Comment s’était-il retrouvé là et qu’a-t-il fait par la suite ? Voici un bout de l’histoire de Tom Hornbein !

De premiers pas au Masherbrum

Au début des années 1930, Tom voit le jour dans le Missouri. Il développe rapidement un goût pour les montagnes et notamment pour la géologie. Il s’intéresse aussi au secours en montagne, avant même d’obtenir son diplôme de médecin en 1956. C’est grâce à cette carte de visite qu’il met un pied dans le monde des expéditions himalayennes. En 1960, il met pour la première fois les pieds en très haute altitude. Il est alors le médecin de l’expédition au Masherbrum. Jusqu’alors, il avait principalement grimpé en Amérique du Nord. Notamment dans le Colorado mais aussi en Alaska.

Plus qu’un simple médecin sagement installé au camp de base, Hornbein est alors un membre à part entière de l’équipe de grimpeurs. Un de ses camarades salue alors son double rôle : « il n’a jamais laissé son enthousiasme de grimpeur interférer avec ses fonctions de médecin ». Retenu par un alpiniste souffrant, il ne put faire partie des Américains qui réalisèrent cet été là la première ascension des 7.821 mètres du Masherbrum. Qu’à cela ne tienne, il allait se rattraper quelques années plus tard.

Lire aussi : 8 septembre 2002, le snowboarder Marco Siffredi disparait dans le couloir Hornbein

L’expédition américaine de 1963

En 1963, une nouvelle expédition américaine en Himalaya se dessine. Aucun Américain n’est encore allé au sommet de l’Everest. Le toit du monde sera donc la cible. Alors qu’il sert dans l’armée cette année-là, le chef de l’expédition – Norman Dyhrenfurth – se débrouille pour lui obtenir une permission pour partir pour l’Everest. Il lui attribue le rôle de gérer le matériel à oxygène des grimpeurs. Un rôle clé à cette époque où l’utilisation des bouteilles est encore incontournable. Deux groupes se dessinent alors, un qui suit la voie via le Col Sud et l’autre par l’arête ouest, vierge de toute réussite. C’est cette arête qui se prolonge sous le sommet par un couloir encore anonyme, le futur Hornbein…

Jim Whittaker devient le premier Américain au sommet de l’Everest via le Col Sud, le 1er mai 1963, accompagné par un sherpa venu de Darjeeling. Trois semaines plus tard, deux membres de l’équipe « Arête Ouest » parviennent au sommet en passant par le couloir (qui ne s’appelait pas encore Hornbein). Partis de leur dernier campavant 7h du matin ils arrivent au sommet après 18h. C’est Will Unsoeld (déjà là au Masherbrum) et Tom Hornbein. Ils sont exténués mais ont réussi.

Le même jour, deux autres membres de l’expédition passent par le Col Sud. Et les quatre hommes se retrouvent dans la descente, Unsoeld n’a plus d’oxygène. Ensemble ils bivouaquent en pleine nuit, perdant pas mal d’orteils au passage. Non contents d’avoir ouvert une nouvelle voie, Unsoeld et Hornbein ont réalisé la traversée du sommet, en montant par une voie et descendant par une autre.  

La carrière de médecin de Tom Hornbein

De retour de l’Everest, Hornbein a bien conscience que la réussite sur l’arête Ouest était notamment due « à énormément de chance ». Un des cinq membres de l’équipe dédiée à l’arête ouest est mort dans la cascade de glace. Il n’a que 32 ans mais Hornbein tire alors un trait sur les expéditions très engagées à très haute altitude. Il passe quand même pas la Maison Blanche pour recevoir les félicitations du Président Kennedy. Puis refait un crochet par le Karakoram et le Tibet pour des aventures moins connues. Mais c’est près de chez lui qu’il continue de fréquenter les montagnes. Notamment dans le massif des Cascades, près de Seattle. Car sa vie d’après l’Everest est alors dédiée à la médecine. Médecin et professeur spécialisé en anesthésie, il continue d’enseigner et de pratiquer jusqu’à sa retraite.   

En savoir plus :

 

Illustration © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *