Puncak Jaya

Les glaciers du point culminant d’Océanie auront disparu dans les 3 ans

Les glaciers du Puncak Jaya auront disparu dans quelques années, un phénomène irréversible. Aux portes de cette montagne, tout ne disparait pas. A l’image de l’immense mine d’or qui a grandi à mesure que les glaciers reculaient.

La tendance est universelle, en Indonésie comme ailleurs, aux dires de Dr Donaldi Sukma Permana, chercheur à l’Agence indonésienne de météorologie, de climatologie et de géophysique. Elle s’accélère même. D’ici 3 ans, 6 au grand maximum, les glaciers du Puncak Jaya auront complètement disparu. Ce sommet de Papouasie, région traditionnellement rattachée à l’Océanie, culmine à 4.884 mètres. Mais il est situé à des latitudes équatoriales. S’il neige encore fréquemment sur cette montagne notamment la nuit, ces flocons disparaissent avant d’avoir pu s’accumuler pour maintenir le glacier en vie. Résultat, année après année, la quantité de glace diminue.

Un processus inexorable que l’homme ne pourra arrêter. Car l’avenir de ce glacier ne se compte pas en décennies ou en siècle mais en années. Trois, six tout au plus. Le recul de la glace est un cercle vicieux, en laissant apparaitre plus de roche, plus sombre, la montagne absorbe davantage de chaleur solaire. Résultat, la fonte accélère car la montagne « chauffe » plus ! Aujourd’hui, la surface de glace sur ce sommet est bien inférieure à 0.5 km².

Lire aussi : Puncak Jaya, deux alpinistes en territoires papous

Une mine d’or géante avance, les glaciers du Puncak Jaya reculent

1988 vs 2017

S’il reste encore un peu de glace sur cette montagne, elle a déjà perdu définitivement plusieurs glaciers au fil des décennies. A l’image du glacier Wollaston qui a complètement fondu en moins de 10 ans à la toute fin du XXème siècle. Les images satellites de la NASA sont saisissantes. Comparez 1988 et 2017 ci-dessus. En trente ans, les zones de glaces, colorées en bleu vif ont quasiment disparu. Notez également l’exploitation effrayante de la montagne sur la gauche de la photo. La mine de Grasberg est la première mine d’or au monde, la troisième de cuivre. L’exploitation à grande échelle du filon aurifère a débuté en 1990 dans la foulée du premier cliché pris à quelques mois de sa découverte. La zone dévolue à l’exploitation minière n’est pourtant pas sans limite, le Parc National de Lorentz bloque – à ce stade – tout développement vers le nord et vers l’est.   

Illustrations © NASA – Earth Observatory

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *