Everest photo

Ce printemps, interdiction de prendre des photos sur l’Everest !

Les autorités népalaises instaurent de nouvelles règles à l’aube de la nouvelle saison d’expéditions. Comme souvent, elles sont discutables et difficilement applicables. Parmi elles, l’interdiction de partager des photos de l’Everest…

L’interdiction ne porte pas précisément sur des photos de l’Everest mais plutôt des clichés d’autres alpinistes. Vous pouvez donc à loisir réaliser des selfies voire prendre en photo les membres de votre équipe. Mais il est impossible d’immortaliser des membres d’autres équipes sans obtenir préalablement l’autorisation du Département du Tourisme népalais. Autant dire que si Nims Dai avait appliqué cette règle en 2019, il n’aurait jamais pu prendre la photo qui a fait le tour du monde.

Sur cette image, on voyait une interminable file de grimpeurs (voir plus bas). Cette année-là, comme les précédentes, la sur-fréquentation a contribué à plusieurs accidents, certains fatals. Alors plutôt que de réduire la sur-fréquentation de la voie népalaise de l’Everest, pourquoi ne pas empêcher la dissémination de photos qui illustrent cette situation ? Une règle dont on peut douter de l’application. Comment contrôler le partage éventuel de photographies quand chaque grimpeur, chaque sherpa, a son propre téléphone, un appareil photo, une caméra, etc…

D’autres règles qui entrent en vigueur ce printemps 2021

Parmi les autres règles, on retrouve l’obligation pour les opérateurs de déterminer les rôles de chaque membre de leur équipe avant le début de l’expédition. Pour éviter les cas de porteurs assurés comme tels qui finissent guides sur la montagne (l’assurance est bien plus chère pour les guides). L’obligation d’un certificat médical pour les grimpeurs. Ou encore l’obligation faite aux évacuations héliportées d’arriver jusqu’à un hôpital. Histoire d’éviter de faire payer aux assurances des évacuations pour un manque d’envie de rentrer en marchant.

D’autres règles visent à limiter les fausses déclarations d’ascensions, avec des formulaires à remplir par les différentes parties et une plus grande implication de l’officier de liaison supposé être présent au camp de base. En réalité, la plupart de ces règles sont anciennes, comme le rappelle un des opérateurs, Asian Trekking, au Kathmandupost (lien en anglais). « Le ministère essaie simplement de rappeler aux gens que ces règles existent » détaille-t-il.

Faire appliquer ces règles ?

Pour autant, la volonté de faire appliquer ces règles n’est pas le fort des autorités népalaises. On est plutôt dans la tradition. A l’approche de chaque début de saison, le Népal avance un certain nombre de règles. Nouvelles ou anciennes. Supposées démontrer sa volonté de prendre en main les problèmes majeurs qui touchent l’exploitation de l’Everest. Année après année, les problèmes restent entiers et plus personne n’est dupe.

Illustrations © DR

  

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *