K2 montagne

Il raconte sa chute sur le K2 : « le moment le plus flippant de toute l’expé »

Alors qu’il descendait vers le camp de base, et venait d’assister à un accident tragique, un alpiniste raconte sa chute sur le K2.

Cet hiver, le vidéaste et alpiniste canadien Elia Saikaly était au K2. Sa mission : filmer l’expédition de John Snorri, Ali et Sajid Sadpara. Un problème logistique dans la  livraison de l’oxygène dont il avait besoin l’a obligé à redescendre. Sinon, il aurait continué vers le sommet. Là où John et Ali ont disparu quelques heures plus tard, sans laisser de trace. Dans la descente, Saikaly a d’abord assisté à la chute fatale d’un grimpeur bulgare. Un drame, provoqué possiblement par une erreur de manipulation de cordes fixes.

Après cet épisode, il était « très nerveux au sujet de l’état des cordes fixes sur la montagne. Il n’y avait pas de place pour une erreur and on avait parfois du mal à être sûr de la corde à choisir ». Pour comprendre ce commentaire, il faut avoir en tête que les expéditions successives sur le K2 laissent généralement leur corde en place. Résultat, sur les passages les plus étroits, les cordes sont nombreuses. Sur la photo ci-dessous, on peut en compter 13 ou 14. Mais une seule est récente et en bon état. Toutes les autres peuvent se révéler être des pièges mortels. Abimées par les saisons successives et sciées par les rochers, elles peuvent casser à tout moment. « Quand j’avais un doute, je les attrapais toutes, pour m’assurer au maximum, et j’espérais que ça tienne » explique-t-il.

Il chute au bas de la cheminée House sur le K2

Dans la cheminée House  (où cette photo a été prise), Saikaly a vécu un moment effrayant. Il était en rappel dans la partie inférieure de cette section très verticale quand « un ancrage a sauté et j’ai chuté d’1.5-2 mètres. C’était le moment le plus flippant de toute mon expédition. Par chance, l’ancrage au-dessus a résisté et a arrêté ma chute ». Pas le temps de réfléchir, juste se concentrer pour continuer la descente et ne pas risquer plus encore. Moment de peur intense qui s’est heureusement bien terminé. « Mon cœur battait à cent à l’heure, je me suis dépêché de descendre au plus vite pour soulager la corde de mon poids » explique ensuite Saikaly.  

Illustrations © A. Choudhry CC BY-2.0

  

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *