montagne altitude default

Krzysztof Wielicki recevra un Piolet d’Or 2019 pour sa carrière

Alpiniste polonais à l’immense carrière, Krzysztof Wielicki devrait se voir remettre un Piolet d’Or cet été lors du Festival de Montagne de Ladek. L’an dernier, cette récompense qui couronne une carrière entière avait été remise à Andrej Štremfelj. D’autres alpinistes illustres l’ont déjà reçu, à l’image de Jeff Lowe (2017), Chris Bonington (2015), Doug Scott (2011) ou encore Walter Bonatti (2009). Mais qui est Krzysztof Wielicki, ce Polonais de 69 ans ?

Un alpiniste mythique

C’est en 1950 qu’il voit le jour, dans les campagnes autour de Wroclaw. Dans ce milieu très rural, il est loin des montagnes. Ce n’est qu’à l’âge de 20 ans qu’il commence à grimper. Il est alors étudiant à l’Université de Technologie de Wroclaw et il découvre l’altitude avec une association universitaire. A cette époque, il fait la connaissance d’une autre alpiniste de Wroclaw, déjà en passe de devenir une légende : Wanda Rutkiewicz. Très vite, il prend ses marques dans les Tatras puis dans les Dolomites. Après de premières expériences dans le Caucase, il découvre la haute altitude dans l’Hindukush (côté Afghanistan) puis au Pamir. A la fin des années 70, il met les pieds au Népal et grimpe encore plus haut. Fort de ses réalisations à plus de 7.000m, il obtient une place dans l’expédition de l’hiver 1980 à l’Everest. Une aventure retentissante. C’est le premier 8.000 de sa carrière, mais c’est surtout le premier sommet d’une telle ampleur gravi en plein hiver.

Lire aussi : Février 1980, première ascension hivernale de l’Everest     

Un précurseur

Dans la grande tradition polonaise de l’himalayisme hivernal, Krzysztof Wielicki réussit également le Lhotse (1988) et le Kangchenjunga (1986). Mais ses réussites ne s’arrêtent pas là, il réalise également des ascensions éclairs, précurseur de l’alpinisme de vitesse, comme au Broadpeak au milieu des années 1980. Il grimpe tous les 8.000 de la planète sans exception devenant en 1996 le 5ème homme de la planète à avoir réussi un tel défi. Et pas n’importe comment, bien souvent il privilégie de nouvelles voies, des itinéraires inédits et complexes à l’image de son quatorzième 8.000 : le Nanga Parbat qu’il grimpe en solo par la voie Kinshofer.

Un leader d’expéditions

La dernière partie de sa carrière est surtout tournée vers la direction d’expéditions. C’est lui qui dirigeait les Polonais l’hiver 2018 pour leur tentative sur le K2. Et c’était déjà son deuxième essai ! En mars 2013, il était au camp de base lors de la première hivernale au Broadpeak.

Il n’est pas certain qu’il dirigera la prochaine expédition polonaise au K2, mais nul doute qu’il saura donner de précieux conseils à ses compatriotes qui partiront vers le second sommet de la planète.

Rendez-vous à Ladek du 19 au 22 septembre prochain pour le Festival de Montagne.

Illustration © Ralf Lotys – Wikimedias

4.7/5 - (4 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.