coût Everest

En 2022, combien coûte une ascension de l’Everest ?

Facture détaillée d’une ascension du toit du monde. En 2022, quel coût pour gravir les 8.849 mètres de l’Everest ?

La logistique de l’Everest s’active à quelques semaines de l’arrivée des nombreux clients. La pandémie n’a pas paralysé longtemps les expéditions commerciales, sources de revenus majeures pour toute une partie de la population népalaise. Parmi les nombreux sommets ouverts aux expéditions, l’Everest reste une valeur sûre. C’est le 8.000 qui concentre le plus gros volume de grimpeurs. Peut-être êtes-vous tenté par son ascension ? Peut-être voulez-vous gravir l’Everest ? S’il est question du coût d’une telle entreprise dans cet article, n’oublions pas qu’une telle ascension nécessite de l’expérience, un certain nombre de compétences et une condition physique non négligeable.  Alors, en 2022, combien coûte une ascension de l’Everest ?

La facture totale peut varier considérablement en fonction de nombreux facteurs. Le versant choisi (Népal ou Tibet), le type de prestations d’accompagnement, le confort de votre camp de base, la nationalité de l’opérateur ou des guides, le type de matériel utilisé. Bref, nous allons essayer de détailler les postes de dépenses majeurs histoire de comprendre. Comprendre comment le coût de votre expédition à l’Everest peut varier entre 30.000 et 140.000 Euros !

1. De chez vous au camp de base !

1. a. Avoir le temps nécessaire

Avec une expédition qui va durer dans les deux mois, le premier coût à prévoir est celui de la disponibilité. Rares sont les salariés à disposer de deux mois de vacances, à plus forte raison au printemps. Pouvoir cesser de travailler pendant deux mois représente donc un coût. Qu’il s’agisse de congés sans solde pour les salariés ou d’absence d’activité (et donc de revenus) pour les professions libérales ou indépendants. Il existe aujourd’hui des expéditions express, de moins d’un mois. Mais elles nécessitent une longue préparation à domicile (nuit en tentes hypoxiques…). Ces expéditions en version accélérées sont nettement plus chères.

1. b. Rejoindre le camp de base de l’Everest

Avant de grimper, il faut aller sur place. Pour rejoindre le Népal, vous n’aurez d’autres choix que de prendre un vol à destination de Katmandou. Les vols directs depuis la France n’existent pas mais plusieurs compagnies desservent le Népal en correspondance. Turkish Airlines ou Qatar Airways proposent ces trajets. Comme pour tout billet d’avion, l’anticipation de la réservation peut vous permettre de jolies économies. Si la facture peut monter à plusieurs milliers d’Euros à la dernière minute, il est possible de trouver des vols à moins de 800 Euros aller-retour.

Une fois sur place, il faudra rejoindre le Tibet ou la vallée de l’Everest côté Népal en fonction du versant choisi. Le plus simple est de prendre un vol jusqu’à Lukla, porte d’entrée de la région de l’Everest. Il faudra compter environ 320 Euros pour ce vol additionnel. Il est possible de faire une partie de ce trajet en bus puis de terminer à pied, mais il faut compter une semaine supplémentaire. Si le camp de base tibétain est accessible par la route, il faut quelques jours de marche et d’acclimatation pour atteindre le camp népalais.

Ne pas oublier : En plus des billets d’avion, il faut penser au logement et à la restauration à Katmandou (variable en fonction du confort), au portage, à l’hébergement et à la restauration sur le trek jusqu’au camp de base. Indispensable aussi : une assurance en capacité à couvrir les principaux problèmes risquant de nécessiter une évacuation et une prise en charge notamment médicale (comptez quelques centaines d’Euros).

1. c. Avoir le droit d’être sur l’Everest !

Pouvoir approcher l’Everest dans le respect des règles a un prix. Du visa d’entrée (120 Euros environ, à l’arrivée), aux taxes permettant de rejoindre le Parc de l’Everest en passant par le fameux permis d’ascension. Si ce dernier est meilleur marché à l’automne ou bien sûr en hiver, c’est le tarif maximal qui s’applique en haute saison, à savoir au printemps. Comptez environ 10.000 Euros côté Népal et environ 15.000 Euros côté Tibet. D’autres taxes s’ajoutent mais sont généralement partagées entre les différents membres de l’équipe. Notamment les taxes de gestion de déchets, la contribution au centre médical du camp de base (uniquement côté Népal), le salaire de l’officier de liaison, la contribution à la sécurisation de la montagne (icefall doctors, installation de cordes fixes…). Ces sommes sont souvent incluses dans les packages vendus par les opérateurs d’expéditions.  

Ne pas oublier : la loi népalaise vous oblige à avoir recours à un opérateur d’expédition pour obtenir votre permis ainsi que d’embaucher un guide. Cela ne vous oblige pas à acheter les packages tout compris. Vous pouvez ne passer par une compagnie népalaise que pour le strict minimum.

1. d. Etre suffisamment équipé pour s’attaquer à l’Everest

L’opérateur fournit généralement le matériel collectif. Notamment les tentes, matelas, toilettes, nécessaire de cuisine, cordes fixes, etc…). A vous de venir avec votre matériel personnel. Il est question de vos vêtements et chaussures techniques (capables d’affronter les températures extrêmes d’un 8.000), votre sac de couchage adapté au froid, ou certains équipements d’escalade (baudrier, piolet, crampons). Chaque opérateur vous fournira une liste précise de l’équipement à avoir.

Pour ce qui est très spécifique à la haute altitude, les prix peuvent vite s’envoler. C’est notamment le cas des combinaisons ou des chaussures qui vont vite tutoyer 1.000 Euros ou plus. Il est possible de trouver des pièces d’occasion sur les sites internet dédiés, de tenter votre chance dans certaines échoppes de Katmandou (gare aux contrefaçons moins performantes que l’original) ou de louer du matériel auprès de fournisseurs spécialisés. L’équipement ne doit pas être laissé au hasard. Il peut vraiment faire la différence entre une expérience positive et un calvaire de tous les instants. Dans la zone de la mort, du mauvais matériel peut avoir des conséquences fatales.

Ne pas oublier : une trousse à pharmacie adaptée (parlez-en à un médecin habitué à ce type d’expédition, votre médecin de famille n’est peut-être pas familier des problématiques de la haute altitude et des séjours isolés). Un nécessaire de communication (tracker GPS, téléphone satellite…).

Rien que pour arriver au camp de base dans de bonnes conditions, le coût d’une aventure à l’Everest demeure élevé. D’ailleurs, de nombreux « touristes » s’en tiennent là. Vous trouverez sans problème des opérateurs touristiques qui vous vendront simplement le trek jusqu’au camp de base.

2. Entre le camp de base et le sommet !

Si vous pouvez vous débrouiller seul pour beaucoup de choses, peut-être aurez-vous besoin d’un coup de pouce entre le camp de base et le sommet. Le coût de votre Everest sera très lié votre niveau d’autonomie.

2.a. L’assistance au camp de base

Pour passer des semaines entières au camp de base, mieux vaut une logistique de qualité. Les opérateurs occidentaux comme népalais engagent des équipes complètes pour faire vivre leur camp de base. Cuisiniers, aide-cuisiniers, basecamp manager… il y a du monde au camp de base, et il faut bien les payer. Leur salaire sera inclus dans le prix du package, tout comme leur matériel, les vivres utilisés ou encore les litres de carburant pour la cuisson. Des pourboires peuvent venir en supplément. Il est possible d’avoir sa propre tente et son propre matériel, ses propres vivres. L’économie ne sera pas négligeable mais la logistique complexe sera à votre charge, pas toujours évident.

2.b. L’assistance sur la montagne : le guide

Pour optimiser vos chances d’arriver au sommet et de rentrer en vie, vous aurez certainement recours aux services d’un guide. Qu’il s’agisse d’un guide de haute montagne occidental certifié UIAGM ou d’un guide sherpa (certifié ou pas), il existe plusieurs options. Certains opérateurs vous proposeront un ou parfois deux sherpas dédiés qui auront vocation à vous accompagner jusqu’au sommet. Si certains sherpas sont très expérimentés avec des dizaines d’expéditions à leur actif, certains opérateurs engagent des « guides » débutants. Renseignez-vous pour connaître l’expérience de votre guide, elle sera une sacrée assurance une fois dans une situation délicate sur la montagne. Là encore, le coût sera inclus dans les packages. Il faudra traditionnellement ajouter un pourboire. Parfois versés avant ou conditionnés à l’atteinte du sommet, les pourboires sont traités différemment en fonction des opérateurs.

2.c. De l’oxygène à gogo

A de rares exceptions près, les clients des expéditions commerciales recourent à de l’oxygène en bouteilles sur l’Everest. Les modalités d’utilisation de ce précieux gaz ont un impact fort sur le prix de l’ascension. Car une bouteille va coûter dans les 500 Euros et fonction de votre consommation, il vous en faudra 4, 5 ou même 8 pour ceux qui cherchent le plus de confort. Ajoutez à ce prix celui du masque et du régulateur (grosso modo le prix de deux bouteilles d’oxygène supplémentaires). Sur ces équipements, nul doute que vous souhaiterez minimiser les risques de dysfonctionnement et que vous ne chercherez pas trop les occasions sur internet.

Ne pas oublier : Vous paierez aussi pour l’oxygène de vos guides et/ou sherpas. Et si vous ne passez pas par un opérateur d’expédition pour gérer toute la logistique, il vous faudra acheminer les bouteilles vers les camps d’altitude. Et ça pèse lourd !

Lire aussi : 2021, 500 alpinistes au sommet, 0 sans oxygène !

3. Les packages tout compris

Modulo les assurances, le transport international, le matériel personnel, les pourboires, le visa et quelques dépenses de-ci de-là, les opérateurs d’expédition vous proposeront des packages qui couvrent toutes les facettes de votre aventure. Un montant total qui intègre le permis, la logistique, un camp de base opérationnel, des camps d’altitude équipés, le personnel adapté (au camp de base, sur la montagne…), l’oxygène, etc… S’il est souvent possible de négocier les prix avec les opérateurs locaux, c’est généralement impossible avec leurs homologues occidentaux.

Et si on met de côté les version luxueuses à plus de 100.000 Euros proposées par certains opérateurs, avec des transferts en hélicoptère pour se reposer dans les hôtels de Katmandou, etc… les prix vont plutôt se situer entre 40.000 et 60.000 Euros. Certains opérateurs locaux vous promettront des tarifs bien plus attractifs mais regardez de plus près ce qui est inclus et ce qui ne l’est pas. Les opérateurs occidentaux sont traditionnellement un peu plus chers que les locaux mais ce n’est plus aussi marqué qu’à une autre époque. Les tarifs sont en légère augmentation par comparaison à 2021. Une variation marginale qui ne devrait pas trop impacter votre budget global.

Ne pas oublier : Gravir l’Everest sous-entend une certaine expérience et des connaissances indispensables. Acquérir ces dernières en vue d’une expédition à l’Everest prend du temps et a un coût. Cela signifie pratiquer la montagne, éventuellement participer à des expéditions sur des sommets moins élevés. Un apprentissage qui peut prendre des années et renchérir le coût global de votre rêve d’Everest.

Illustrations « Le coût de l’Everest » © Pixabay

4.7/5 - (16 votes)

Expéditions Live

Nos contributeurs se relaient pour vous proposer ce suivi en direct. Si vous voulez ajouter le suivi d'une expédition ou que vous souhaitez contribuer, n'hésitez pas à nous écrire à live@altitude.news !

Voir tous les articles de Expéditions Live →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.